Accepter la publicité sur le blog ?

Depuis quelques semaines, je reçois des sollicitations pour faire de la publicité sur le blog. Discrètement, je proposerais dans un article ici des tutoriels, là des liens vers un site de produits 3D, une petite bannière sur laquelle vous pourriez cliquer et gagner un cadeau. Ayant l’habitude de la transparence, j’ai décidé d’en parler et d’ouvrir le débat sur la page facebook du blog. Vous êtes pour la plupart contre, ce que je comprends. Je n’avais pas d’avis tranché sur le sujet, mais j’ai repensé à un film qui a finalement emporté ma décision.

Lire la suite

Diplômes pour tous ou comment lutter contre le Front national.

Les résultats du premier tour sont tombés dimanche soir. Ils ne sont pas bons pour la gauche dans son ensemble. Jamais le bloc de gauche n’avait été en dessous des 40 % d’électeurs à ces élections. Contrairement, à ce que le premier ministre et le Parti socialiste, ces élections cantonales sont catastrophiques et le second tour de dimanche pourrait faire perdre à la gauche une quarantaine de départements. Pire, le Front national pourrait être en mesure de diriger un ou deux départements et d’avoir plusieurs centaines de conseillers généraux. Une suite logique après les deux députés de juin 2012, la dizaine de maire de mars 2014, les 24 députés européens de juin et les deux sénateurs de septembre dernier. Comment en est-on arrivé là et surtout comment en sortir ? Éléments de réponse.

Lire la suite

L’armoire à plans, fable industrielle et bureaucratique.

Olivier  Dufau  a exercé  pendant quarante-deux ans  le métier d’architecte. Il a aussi longtemps enseigné  le projet d’architecture dans ses rapports réciproques avec la construction. En 2009, il publie dans la revue Le Débat, un article intitulé « L’armoire à plans, fable industrielle et bureaucratique ». Faisant suite à mon storify sur le BIM, j’ai été invité par des amis à lire cet article. J’ai trouvé dans les mots et l’humour d’Olivier Dufau, un écho que je me devais de vous faire partager. J’ai donc demander à l’auteur son autorisation pour reproduire son article. Voici sa réponse :

Monsieur,

En ce qui me concerne le document ayant été publié il est public et donc reproductible par tous, je ne vois pas pourquoi Gallimard (Le Débat) s’opposerait à sa diffusion, s’il refuse dîtes le moi. Je suis contre toute propriété artistique, vaste fumisterie et je suis cohérent. Pour moi les idées et les formes appartiennent à tout le monde ou plutôt à ceux qui savent s’en servir.

J’ai d’autres documents inachevés sur le BIM  qui sonnent le glas définitif du métier d’architecte. Je les finirai un jour ! Ce genre de textes n’est compréhensible que par ceux qui ne sont pas architectes.

Laissons les architectes se suicider dans leur ghetto professionnel.

Pour me résumer, vous pouvez faire ce que vous voulez avec mon texte si vous le gardez en entier car il a sa cohérence interne.

Olivier Dufau

Bonne lecture.

Lire la suite

[EXCLUSIF] : les résultats des Parpaings d’or de l’architecture 2014.

Avec 25000 pages vues pour l’édition 2014, l’édition des parpaings de l’architecture 2014 fait un peu moins bien que les précédentes années. Cependant, le nombre de votes a explosé avec près de 35000 votes pour 18 questions, soit un peu moins de 2000 votes par questions. Ces chiffres nous renseignent : cette édition a été moins relayé par les médias grands publics et a donc concentré son intérêt pour les (seuls) architectes -dans toutes ses dimensions- avec un ratio plus importants nombres de votes/pages vues. La conclusion est donc simple, les parpaings d’or de l’architecture intéressent beaucoup plus que les architectes que les gens, ils perdent ainsi l’intérêt qu’ils avaient, c’est-à-dire : décloisonner une profession qui a tendance à rester dans l’entre-soi, à se regarder le nombril et ne pas regarder ailleurs pour ne pas que l’autre regarde chez nous et évidemment rire de nous. L’autodérision et l’humour étant le corollaire nécessaire à toutes remises en questions. Mais ne boudons ces chiffres, cette édition fût malgré tout une réussite, même si cette année, il n’y aura pas de cérémonie faute de temps, d’argent et d’aide.

Par ailleurs, même si je n’exclus pas d’ici quelques années de refaire des Parpaings d’or, la périodicité annuelle ne semble pas être très opportune ; il n’y en aura donc pas l’an prochain. Cependant, rien ne vous interdit de vous marrer en voyant les heureux lauréats de cette année.

Lire la suite