Papy (Nouvel) fait de la résistance.

Alors que le 12 août prochain, Jean Nouvel fêtera ses 70 ans, c’est un jeune homme que l’on a vu remonter sur le ring médiatique ce 18 juin. Il était ce matin sur France Inter, puis en conférence de presse dans son agence (à suivre ). Il poussait son coup de gueule dans la Nouvelle Édition sur Canal+ ce midi et il sera en débat ce soir au pavillon de l’Arsenal. Silencieux depuis l’inauguration qu’il avait boudée en janvier dernier, Jean Nouvel attendait le feu vert de ses avocats pour rentrer dans le tas. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que tout le monde en a pris pour son grade…

Lire la suite

Publicités

Itinéraire d’un blasé de la politique.

En octobre 1999, j’arrive à Paris pour faire mes études d’architecture. Dès le mois de décembre, je soutiens les grèves étudiantes des écoles d’architecture, traîne mes guêtres à La Villette et me fais repérer par le directeur de mon école d’architecture, à Belleville qui me demande de monter une liste étudiante pour le Conseil d’administration, auquel je suis élu. Parallèlement, un ami me fait rentrer au Mouvement des Jeunes Socialiste (MJS) dans lequel, je prends rapidement des responsabilités. Je suis aussi élu étudiant au ministère de la Culture et président du BDE de mon école. Tout ça en moins de deux ans. Je suis un vrai militant prêt à se lever tôt et se coucher tard pour tracter, organiser des réunions, convaincre…

Lire la suite

Diplômes pour tous ou comment lutter contre le Front national.

Les résultats du premier tour sont tombés dimanche soir. Ils ne sont pas bons pour la gauche dans son ensemble. Jamais le bloc de gauche n’avait été en dessous des 40 % d’électeurs à ces élections. Contrairement, à ce que le premier ministre et le Parti socialiste, ces élections cantonales sont catastrophiques et le second tour de dimanche pourrait faire perdre à la gauche une quarantaine de départements. Pire, le Front national pourrait être en mesure de diriger un ou deux départements et d’avoir plusieurs centaines de conseillers généraux. Une suite logique après les deux députés de juin 2012, la dizaine de maire de mars 2014, les 24 députés européens de juin et les deux sénateurs de septembre dernier. Comment en est-on arrivé là et surtout comment en sortir ? Éléments de réponse.

Lire la suite

Les fausses déclarations d’Amina et de Lola : quelles leçons en tirer ?

En 2004, une jeune femme Marie-Léonie Leblanc déclare à la police avoir été victime d’une agression à caractère antisémite dans le RER B. Son témoignage provoquera en France une vague d’indignation et aura une large couverture médiatique. Trois jours plus tard, elle reconnaîtra avoir tout inventé. Dix ans plus tard, rebelote. Le 27 juin dernier, Lola une jeune femme déclare à la police avoir été violée par deux « arabes » en plein jour à Perpignan. Le 06 juillet, l’ex-Femen Amina déclare quant à elle avoir été « tondue » place Clichy par des fondamentalistes musulmans. Toutes deux ont depuis avoué avoir menti. L’une sera poursuivie (Amina) pour dénonciation calomnieuse, l’autre pas.

Lire la suite

Mon Hangout – spécial logement – avec Anne Hidalgo

Hier, Anne Hidalgo et son adjoint au logement Ian Brossat réunissaient plus de 200 professionnels de l’immobilier (promoteurs, constructeurs, bailleurs sociaux…) pour la signature du pacte « Logement pour tous ». Je ne sais pas s’il y’avait des architectes (professionnels ou institutionnels) conviés à cet événement mais si tel n’était pas le cas, je le regretterais et déplorerais encore une fois le manque de considération des politiques vis à vis des architectes. Si Anne Hidalgo souhaite faire construire 10 000 logements par an à Paris, son volontarisme politique se confrontera sûrement à des réticences administratives, techniques, financières et surtout citoyennes. Afin de lever quelques ambiguïtés, elle a souhaité faire intervenir des acteurs citoyens dans un Hangout dont j’étais l’un des invités.

Lire la suite

Valls au Vatican: trois trahisons valent bien une messe.

En 1918, invité à assister au Te Deum de l’armistice par l’archevêque de Paris, Clemenceau refusa et somma le président de la République, Poincaré, et le président de la Chambre, Deschanel de ne pas y assister. Au premier il fit valoir : « Vous êtes le président de tous les Français et non des seuls catholiques.« . Presque cent ans plus tard, le nouveau premier ministre, qui se dit admirateur du Tigre et défenseur farouche de la République, a décidé de se rendre au Vatican pour la canonisation de Jean Paul II le 27 avril prochain. Une trahison des principes républicains et laïques étrange pour celui qui veut rassembler et apaiser les Français.

Lire la suite