La réforme m’a tuer

Le nouveau blog d’archi intitulé sobrement Archi-Hebdo nous livre un très bon article sur l’architecture, la profession, les stagiaires, la réforme HMONP… avec une bonne dose d’humour, de lol, de mdr et de suricates. Vous pouvez aussi retrouver le blog sur le groupe facebook où l’on rigole bien.

Lire la suite

Face aux communautaristes et aux racistes : la République et la laïcité

Face à une droite et une extrême-droite qui détournent la laïcité en un combat raciste, mais aussi face aux dévoiements du Parti socialiste qui préfère soutenir une laïcité d’inclusion et encourager le développement des écoles privées confessionnelles, face à l’Observatoire de la laïcité (qui n’a de laïque que la nom) qui préfère soutenir l’association inter-religieuse Coexister (ici, ou ) que les associations laïques historiques, face aux dérives d’un premier ministre de plus en plus concordataire, face à ceux qui prétendent républicains, mais qui ont perdu l’esprit de la loi de séparation des églises et de l’Etat et toutes notions de ce que sont les principes laïques, le Collectif Laïque, regroupant des associations historiques de promotion et de défense de la laïcité, publie un communiqué de presse auquel je souscris entièrement et que je souhaitais partager.

Lire la suite

Un métier, des professions : être architecte

En 2015, il est temps de se poser la question du rôle de l’architecte : qu’est ce qu’un architecte aujourd’hui ? Aux yeux de certains membres de l’Ordre, de l’orientation de notre formation (notamment par l’intermédiaire de la HMONP) et de la société (plus par « ignorance » que par grande conviction !), un architecte est uniquement un maître d’œuvre, d’autant plus de grandes œuvres. On continue à ne donner du crédit qu’aux « concepteurs – constructeurs » en agences, au sein même du milieu des architectes. Ainsi, tous les autres ne sont pas considérés comme de « vrais » architectes, malgré le diplôme commun. On observe donc une sorte de clivage entre les différentes professions, qui pourtant, ont toutes un rôle primordial à jouer…

Lire la suite

Questionnaire d’archi à la Pivot – volume 17

Jordi Patillon est né à Nantes en 1981. S’il fait ses études à l’école d’architecture de Bretagne à Rennes de 2000 à 2006, il est plus passionné par les comités de rédaction enflammés du journal de l’école que par les rendus d’atelier. Ainsi, il Intègre Architectures à vivre à Paris en 2006 en tant que stagiaire, puis coordinateur de projet, webmaster et rédacteur. Rédacteur en chef du magazine depuis 2011. Il aime pinailler sur les couleurs Pantone, les cadrages photos, la concordance des temps et les espaces insécables.

Lire la suite

L’armoire à plans, fable industrielle et bureaucratique.

Olivier  Dufau  a exercé  pendant quarante-deux ans  le métier d’architecte. Il a aussi longtemps enseigné  le projet d’architecture dans ses rapports réciproques avec la construction. En 2009, il publie dans la revue Le Débat, un article intitulé « L’armoire à plans, fable industrielle et bureaucratique ». Faisant suite à mon storify sur le BIM, j’ai été invité par des amis à lire cet article. J’ai trouvé dans les mots et l’humour d’Olivier Dufau, un écho que je me devais de vous faire partager. J’ai donc demander à l’auteur son autorisation pour reproduire son article. Voici sa réponse :

Monsieur,

En ce qui me concerne le document ayant été publié il est public et donc reproductible par tous, je ne vois pas pourquoi Gallimard (Le Débat) s’opposerait à sa diffusion, s’il refuse dîtes le moi. Je suis contre toute propriété artistique, vaste fumisterie et je suis cohérent. Pour moi les idées et les formes appartiennent à tout le monde ou plutôt à ceux qui savent s’en servir.

J’ai d’autres documents inachevés sur le BIM  qui sonnent le glas définitif du métier d’architecte. Je les finirai un jour ! Ce genre de textes n’est compréhensible que par ceux qui ne sont pas architectes.

Laissons les architectes se suicider dans leur ghetto professionnel.

Pour me résumer, vous pouvez faire ce que vous voulez avec mon texte si vous le gardez en entier car il a sa cohérence interne.

Olivier Dufau

Bonne lecture.

Lire la suite

[EXCLUSIF] : les résultats des Parpaings d’or de l’architecture 2014.

Avec 25000 pages vues pour l’édition 2014, l’édition des parpaings de l’architecture 2014 fait un peu moins bien que les précédentes années. Cependant, le nombre de votes a explosé avec près de 35000 votes pour 18 questions, soit un peu moins de 2000 votes par questions. Ces chiffres nous renseignent : cette édition a été moins relayé par les médias grands publics et a donc concentré son intérêt pour les (seuls) architectes -dans toutes ses dimensions- avec un ratio plus importants nombres de votes/pages vues. La conclusion est donc simple, les parpaings d’or de l’architecture intéressent beaucoup plus que les architectes que les gens, ils perdent ainsi l’intérêt qu’ils avaient, c’est-à-dire : décloisonner une profession qui a tendance à rester dans l’entre-soi, à se regarder le nombril et ne pas regarder ailleurs pour ne pas que l’autre regarde chez nous et évidemment rire de nous. L’autodérision et l’humour étant le corollaire nécessaire à toutes remises en questions. Mais ne boudons ces chiffres, cette édition fût malgré tout une réussite, même si cette année, il n’y aura pas de cérémonie faute de temps, d’argent et d’aide.

Par ailleurs, même si je n’exclus pas d’ici quelques années de refaire des Parpaings d’or, la périodicité annuelle ne semble pas être très opportune ; il n’y en aura donc pas l’an prochain. Cependant, rien ne vous interdit de vous marrer en voyant les heureux lauréats de cette année.

Lire la suite