Mais qui pousse au BIM ?

Colloques sur le BIM, salon du BIM, prix du BIM d’Or, débats sur le BIM, présentations des éditeurs de logiciel de leur BIM, tout le monde essaye de nous vendre le BIM, soi-disant révolution numérique dans le monde de la construction. Il y a quelques mois, j’expliquais à travers une série de tweets, ma vision du BIM et je publiais un article d’Olivier Dufau sur un sujet connexe. A force d’avancer et de réfléchir sur le sujet, j’en suis arrivé à la conclusion que contrairement à ce que beaucoup veulent nous faire croire, le BIM n’est pas qu’un outil informatique neutre au service de l’architecture…, mais bel et bien un outil idéologique néo-libéral et managérial uniformisant. Pour cela, il suffit de regarder qui le soutient, le défend et le promeut.

Lire la suite

Rencontre un archi, sérieusement ?

Parfois, je me demande à quoi sert l’Ordre des architectes. Qu’ils ne s’occupent pas à défendre les architectes, soit, ce n’est pas leur rôle. Qu’ils ne s’occupent pas à lutter contre le dumping des honoraires au nom de la libre concurrence, soit, on le peut le concevoir. Seul l’avenir nous permettra de juger si la qualité architecturale a baissé autant que les honoraires, mais c’est un autre débat. Mais que l’Ordre des architectes ne défende pas le titre d’architecte, là, je ne comprends pas trop. Explication avec le cas du site « Rencontre un archi ».

Lire la suite

Ouverture du capital des agences d’architecture : chiche on essaye !

Voici la version longue de la tribune publiée dans le Moniteur n°5813 du 24 avril 2015 dont le sujet était : « Faut-il ouvrir le capital des agences d’architecture ? Un temps évoquée par le projet de la loi Macron, l’ouverture totale du capital des sociétés d’architecture à tout investisseur non nécessairement architecte est-elle souhaitable ».

Lire la suite

Devons-nous nous mettre tout nu pour que Fleur Pellerin écoute les architectes ?

Lors de la dernière cérémonie des Molières, le dramaturge Sébastien Thierry s’est adressé à la ministre de la Culture en tenue d’Adam. Dans un discours plein de finesse, Sébastien Thierry déplore la situation des auteurs dramatiques avec humour, mais non sans gravité. Devant un tel déballage, on ne doute pas que Fleur Pellerin oubliera de sitôt ce moment de vie de ministre. Les architectes, qui n’ont jamais eu peur de la nudité, doivent-ils aussi se mettre nu pour qu’enfin leur ministre de tutelle les écoute ?

Lire la suite

Quand les architectes parlent aux architectes ?

À initiative de l’architecte Mariette Colin-Moreau, déjà auteur de deux articles sur la profession (ici), des architectes (Daniel Bruggeman, Benjamin Van Den Bulcke, Anne Sassus, Christophe Maisonobe, Laurent Tournié, Claude Branger, Marc Laurens) et un étudiant en architecture Oscar Billerot Muñoz appellent dans une tribune au réveil de la profession dans le cadre du grand projet de loi « Création, patrimoine et architecture » proposé par la ministre de la Culture. Un appel au réveil salutaire qui méritait d’être relayé.

Lire la suite

Rapport de l’IGF sur les professions réglementées : à quoi jouent l’Ordre et l’UNSFA ?

En août dernier, je faisais une rapide analyse de la synthèse du rapport de l’IGF sur les professions réglementées. Hier, Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique a mis en ligne ce fameux rapport (Tome 1, Tome 2, Tome 3). Nous n’y découvrons pas beaucoup de choses que la synthèse du mois d’août et pourtant l’UNSFA, syndicat d’architectes appelle à manifester le 30 septembre en coordination avec l’UNAPL. Quant à l’Ordre, dans sa lâche neutralité, il appelle par la voix de sa présidente « chaque architecte, selon son engagement et ses convictions de suivre ou non cet appel ». Une erreur stratégique doublée d’une erreur de communication.

Lire la suite

2 ans de sursis pour le faux architecte, c’est tout ?

Philippe Leblanc a commencé des études d’architecture, ne les a pas terminé mais ne s’est pas gêné pour autant de se prétendre, pendant 30 ans, architecte. La justice lui reprochait des faits non prescrits d’escroquerie et d’usurpation de diplôme de 2009 à 2013. Hier, le tribunal correctionnel des Yvelines a condamné Philippe Leblanc a deux ans de prison avec sursis. Alors juste ou pas juste ?

Lire la suite