Itinéraire d’un blasé de la politique.

En octobre 1999, j’arrive à Paris pour faire mes études d’architecture. Dès le mois de décembre, je soutiens les grèves étudiantes des écoles d’architecture, traîne mes guêtres à La Villette et me fais repérer par le directeur de mon école d’architecture, à Belleville qui me demande de monter une liste étudiante pour le Conseil d’administration, auquel je suis élu. Parallèlement, un ami me fait rentrer au Mouvement des Jeunes Socialiste (MJS) dans lequel, je prends rapidement des responsabilités. Je suis aussi élu étudiant au ministère de la Culture et président du BDE de mon école. Tout ça en moins de deux ans. Je suis un vrai militant prêt à se lever tôt et se coucher tard pour tracter, organiser des réunions, convaincre…

Lire la suite

Un métier, des professions : être architecte

En 2015, il est temps de se poser la question du rôle de l’architecte : qu’est ce qu’un architecte aujourd’hui ? Aux yeux de certains membres de l’Ordre, de l’orientation de notre formation (notamment par l’intermédiaire de la HMONP) et de la société (plus par « ignorance » que par grande conviction !), un architecte est uniquement un maître d’œuvre, d’autant plus de grandes œuvres. On continue à ne donner du crédit qu’aux « concepteurs – constructeurs » en agences, au sein même du milieu des architectes. Ainsi, tous les autres ne sont pas considérés comme de « vrais » architectes, malgré le diplôme commun. On observe donc une sorte de clivage entre les différentes professions, qui pourtant, ont toutes un rôle primordial à jouer…

Lire la suite

Que les architectes reprennent la parole !

Au rassemblement du 22 janvier 2015 au palais Iena où se rassemblaient une centaine d’architecte, Mariette Colin-Moreau a été invité à prendre la parole pour présenter son projet de réappropriation du débat architecturale par et pour les architectes. Voici son discours de présentation. 

Je m’appelle Mariette Colin-Moreau, je suis architecte, j’exerce depuis 10 ans dans les domaines de l’architecture, de l’aménagement et de l’urbanisme, en Midi-Pyrénées, dans le Gers. Je suis aussi Maître Assistant Associée à l’école d’architecture de Toulouse où j’enseigne le projet en 3° et 4° année. La démarche que je vais vous exposer est portée par une poignée d’architectes répartis aux quatre coins de la France. Pour commencer je me permettrai quelques mots au sujet de notre situation à tous, architectes. J’expliciterai ensuite le déroulement de notre démarche, puis son état d’avancement, pour finir par répondre aux éventuelles questions. Nous constatons tous ici l’agonie de notre profession et c’est probablement ce qui nous réunit aujourd’hui. Une agonie qui a débuté il y a longtemps déjà, et qui pourrait bien nous précipiter vers la fin si nous ne réagissons pas. Si notre tragédie est probablement étroitement liée à la crise économique, nous devons aussi admettre que des causes d’ordre structurelles et culturelles nous ont conduits jusqu’à cette situation. Les principaux textes qui régissent l’exercice de notre profession ; la Loi sur l’architecture, la loi MOP, sont-ils encore adaptés à notre société ? et force est de constater qu’ils pourraient bien faire l’objet de modifications profondes dans le cadre des réformes à venir portées par le Gouvernement. Le taux de syndicalisation dérisoire au sein de notre profession nous écarte des prises de décisions : les architectes ne sont pas entendus, depuis très longtemps, parce que nous nous sommes désintéressés de nos institutions et organisations professionnelles. Nos représentants, ordre et syndicats, ne sont pas soutenus par la majorité d’entre nous, architectes… nous ne « pesons » plus… La démarche que nous proposons vise justement à structurer un débat interne à la profession, pour :

  • Mobiliser massivement la profession, les architectes doivent à nouveau « faire corps » ;
  • Faire preuve d’innovation, la gouvernance de nos institutions et organisations doit se moderniser ;
  • Etre force de propositions, nous devons conduire un travail collectif pour être entendus par les pouvoirs publics.

Il s’agit d’organiser une très large concertation des architectes sur le devenir de la/des professions, autour de 3 thèmes : la loi sur l’architecture, la loi MOP et la formation initiale et continue. Cette concertation fait appel à 4 dispositifs aux temporalités distinctes : un forum national, des blogs régionaux, des assemblées en région et une conférence nationale.

Lire la suite

Questionnaire d’archi à la Pivot – volume 16

Il y a quinze jours, Martin Argyroglo, photographe d’architecture, était surtout connu des architectes et encore pas de tous (c’est de lui, pourtant, les photos du Zoo de Vincennes dont je parlais ici). Une photographie prise le soir de la manifestation pour Charlie Hebdo partagée sur compte Twitter l’a non seulement fait connaître au grand public mais l’a sûrement fait rentrer dans l’histoire. Le tweet le voici :

Il a accepté de répondre au petit jeu du questionnaire d’archi à la Pivot et j’ai profité de cette interview pour vous montrer d’autres photographies de lui que vous découvrirez dans un diaporama à la fin de ce papier.

Lire la suite

En cherchant Charlie, on a trouvé la France.

Benjamin Sire est l’invité du blog pour cet hommage à Charlie et la France. Il est journaliste et compositeur. 

Il y a des lendemains de célébration douloureux, même lorsque l’ambiance y fut joyeuse. De ces gueules de bois qui invitent les tambours du Bronx au petit déjeuner. De ces souvenirs honteux de propos déplacés et de gestes cavaliers qui laissent en bouche des effluves où la gène le dispute au dégoût. De ces personnes dont on aurait refusé l’hommage et avec lesquels, sous le coup de l’empathie éthylique on a frayé sans prévenance.

Sans doute tous ces ingrédients auraient pu marquer l’aube de ce 12 janvier 2015, matin incertain encore troublé de ce chant de sirènes qui rappelle l’effrayant contexte qui nous réuni si nombreux dimanche dans les rues de France.

Lire la suite

Régis Debray : « êtes vous démocrate ou républicain ? »

Alors même que l’ensemble de la classe politique et le peuple que l’on a vu défiler hier se réclament de la République, j’ai décidé de retranscrire ce long article de Régis Debray publié dans le Nouvel observateur du 30 novembre 1989 suite à la première affaire de voile. Il repose les bases de ce qu’est la République et nous permet de réfléchir fondamentalement à ce que nous voulons pour la France de demain. Au lendemain de la plus grosse manifestation depuis la libération, il me semblait important de revenir au source même de l’Histoire nationale. Edgar Quinet écrivait : « C’est dans son principe qu’un parti politique se répare. C’est là qu’il prend des forces nouvelles. S’il s’en sépare, il se met à la discrétion de l’ennemi. » Retrouvons les principes républicains et réparons la France.

Lire la suite