Laïcité : les fossoyeurs sont déjà de sortie


Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que les fossoyeurs de la laïcité soient de sortie. Les cadavres à peine froids, le 7 janvier, le « Café Pédagogique » publiait un article qui accusait la laïcité de tous les maux ; du racisme à l’islamophobie, tout était bon pour détruire la laïcité car le temps est venu « d’envisager des accommodements raisonnables ». Aujourd’hui, ce sont Mohamed Mechmache, du collectif AC LE Feu et Benoist Apparu, député français et ancien ministre, qui viennent nous expliquer que la laïcité est la cause de tous les maux. C’est elle qui favoriserait la discrimination et même la violence. L’indécence et l’indigence intellectuelle sont de sortie.

Ces discours sont inacceptables moins d’une semaine après la tuerie de Charlie Hebdo, magazine défenseur ardent d’une laïcité pleine et entière, sur tout le territoire.

Si rien n’empêche les auteurs d’écrire ce que bon leur semble, tenir ce type de discours est irresponsable à ce jour. Comme il a été rappelé par le chef de l’Etat et quasiment l’ensemble de la classe politique, la France a besoin de se rassembler autour de ses valeurs certes, mais aussi et surtout autour de ses principes : la République et la laïcité et, comme l’écrivait Périco Legasse dans une tribune parue dans Marianne, il est temps de ne plus rien céder.

Les partis républicains doivent arrêter de se taire par peur des amalgames ou des accusations infondées de racisme. Président du jury du prix de la laïcité en 2012 – cérémonie organisée par le Comité Laïcité République – Charb rappelait dans son discours :

« En ce moment l’actualité nous rappelle que les méchants sont les islamistes, alors effectivement ils sont méchants, mais je voudrais rappeler que derrière en embuscade se trouvent des gens beaucoup plus nombreux qui ont beaucoup plus de force, beaucoup plus de puissance et qui n’attendent qu’une chose, c’est que les musulmans fassent le sale travail, c’est-à-dire, écraser la laïcité pour pouvoir s’engouffrer dans la brèche. […] Nous sommes la République, nous sommes le nombre, nous sommes la force, nous sommes la loi, et beaucoup l’ont oublié, beaucoup s’excusent d’être les représentants de la démocratie en France, beaucoup s’excusent d’avoir raison, beaucoup s’excusent de respecter la loi et beaucoup de trop gens sont timides face à la laïcité. […]  J’ai moins peur des extrémistes religieux que des laïques qui se taisent. »

Ces paroles de Charb sonnent comme un rappel qu’on ne devra jamais oublier. C’est pour cela que nous devons défendre la laïcité, celle que Charlie Hebdo défendait envers et contre tout. Ne nous trompons pas non plus, la laïcité volée par le Front national n’est pas la laïcité, mais un « paravent pour mieux délivrer un discours islamophobe », comme le rappelle Patrick Kessel dans son livre « Ils ont volé la laïcité » dont la couverture est illustrée par… Charb.

Nous ne céderons pas à ceux qui, dès à présent, veulent que Charlie Hebdo se taise, « se calme » dans la « provocation ». Nous n’accepterons plus les messages de haine de ceux qui veulent « crucifier les laïcards« . Si la parodie et la satire sont autorisées par le droit français, en vertu du principe de liberté d’expression et d’information, l’appel au meurtre, lui, ne peut jouir des mêmes droits.

Quant à ceux qui souhaitent modifier la loi de 1905 sous le prétexte fallacieux qu’elle a déjà un siècle, je leur demande si nous avons à modifier la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen sous prétexte qu’elle date de 1789, la devise « Liberté-Égalité-Fraternité » sous prétexte qu’elle date de 1848. La laïcité est au cœur de notre République, elle est inscrite à l’article 1er de la Constitution et ceux qui veulent la diluer, la modifier, la supprimer ne sont pas des adversaires politiques, ils sont aussi des ennemis de la République.

 

9 réflexions sur “Laïcité : les fossoyeurs sont déjà de sortie

  1. Je trouve que c’est faire la part trop belle au consensus mou, à la récupération d’un mouvement populaire par la classe politique et médiatique sur des principes républicains qui sont trop souvent bafoués et en premiers lieu dans les banlieues. La conséquence en est une dé-politisation d’où ne sortira rien de nouveau à part la joyeuse alliance du bien contre le mal sans jamais remettre sur la table les discussions sur les causes derrières les conséquences et ce pour la bonne raison que les principaux intéressés étaient en tête du défiler. Ne pas supporter qu’on puisse tuer les dessinateurs de Charlie Hebdo pour leur propos n’impose en aucun cas de taire toute critique sur leur ligne éditorial avec laquelle on peut avoir des désaccords profonds. La communion nationale a un temps, mais c’est rarement celui de la réflexion.
    (ps: je viens de lire l’article de Mechmache qui ne parle pas de laïcité et qui est plutôt intéressant)

  2. Il y’en a qui devraient lire Henri Guillemin « silence aux pauvres », rappelant que Robespierre ne voulait pas d’un « totalitarisme athée », rosa luxembourg parlant « d’une guerrilla permanente menée contre les prêtres, qui est pour la bourgeoisie française le meilleur moyen de détourner la classe ouvrière des questions sociales, et d’étouffer la lutte des classes », comme Lenine dénonçait « l’anticléricalisme bourgeois », même Jaurès disait  » Je ne suis pas de ceux que le mot Dieu effraie ».

    Parisianisme qui n’a jamais fouttu les pieds en banlieue, qui ne sait plus ce que c’est que la misère populaire, mais continue à parler pour elle, voire à lui faire des leçons, notamment sur la laïcité. Marx le disait la religion  » c’est le soupir des opprimés », vous citez des personnes ont fait de la lutte contre le voile, une question politique. Revoyez vos textes, la loi de 1905 n’était pas anti-religieuse, elle cherchait au contraire un grand apaisement, et une pratique égale, sans en nier l’immense diversité. Sartre disait également que tout citoyen qui participait à l’effort de la république doit en faire partie, y compris un juif, un chrétien, ou un musulman. Quand au rap, qui effraie les bourgeois, vous y montrez votre méconaissance : Medine est peu écouté en comparaison de Booba, Rohff, Kaaris, qui partagent des centaines (!) de millions de vue, appellant à la violence, l’homophobie : dernier titre en règle de booba et kaaris : « kalash ». Eux prônent un vrai retour en arrière, un vrai danger. Mais vous préférez rester dans l’épuration retro-active.

    Sentez vous concerné.

  3. Peut-on encore simplement se prétendre athée ?
    Les discours furieux de tolérance à grand renfort agnostique, même au passé de quelque Etre Suprême semblent montrer du doigt les libres penseurs, les impies, les mécréants etc ! Va-t-on étendre les lois sur le négationnisme aux Dieux et à leurs mages ?
    Il n’est de bruit que de sabres et de goupillons !

  4. IL est quand même nécessaire de souligner qu’aux pays de l’a-laïcité, en UK, aux USA, en Irak Chiite et Sunnite, au Canada, en Arabie Saoudite, au Qatar, etc, le racisme et la violence n’ont pas disparu.

    Lier la laïcité aux racismes et à la violence, c’est nier le réel.

    De tous temps, ceux là sont liés au refus du partage, des capitaux et des pouvoirs, sur un territoire donné. Et c’est tout.

    ET les clergés puis les partis politiques ont toujours su manipuler la misère dans l’intérêt de la conservation des monopoles de capitaux et de pouvoir.
    Ils se sont aussi unis pour plus de justice.

    Dans les pays comme la France, la religion ne peut être un lien étant donné qu’aucun n’a la même.
    la politique reste notre tronc commun, avec le territoire. Il me semble.
    A moins d’admettre que l’éviction politique et sociale d’une partie grandissante des habitants et citoyens est normale……..ET que l’on peut laisser les clergés gérer la misère. (C euqi ets la politiqu eofficielle de la Commission, Troïka, etc, quand même, etc) Aujourd’hui, contrairement aux XIX ème et XXème, la bourgeoisie et l’aristocratie politique et commerciale instrumentalisent les religions pour détourner les classes prolétaires et sous-prolétaires de la lutte des classes et pour faire passer la pillule.
    Répétition et changement à chaque révolution industrielle et remonopolisation du capital.

    Le but reste toujours plus de justice, de liberté, d’égalité, de fraternité pour chacun et tous, non?
    Et nous avonsbien avncé depuis le XVIIIème, n’en déplaise à certains.

    Aujourd’hui, nous sommes confrontés à nouveau à un recul à tous lesniveaux. Et ce recul ne pourra petre stoppé sans redistribution à chacun et à tous, ce qui implique de lutter contre les grands capitalistes, à nouveau.

  5. Et s’il fallait envisager de réviser la loi de 1905 pour renforcer la laïcité ?

    Le temps pourrait-il être venu de cesser de se cacher derrière son petit doigt et de reconnaître que cette loi visait en premier, voire en unique lieu l’église catholique romaine. Il suffit d’ailleurs de la lire en entier au lieu de s’arrêter à l’article 2 pour constater que l’essentiel de ce texte porte sur la dévolution des bâtiments et sur la gestion des retraites des prêtres, puisque ceux-ci ne seraient plus fonctionnaires.

    Or, l’église de Rome est unique, à ma connaissance, en ce qu’elle est la seule religion à s’être dotée d’une structure administrative pyramidale au sommet de laquelle un représentant unique détient un pouvoir contraignant sur l’ensemble des niveaux inférieurs. Si un prêtre catholique du fin fond de l’australie ou de la patagonie ne donne pas satisfaction, le pape et/ou certains de ses subordonnés peut le virer. Ni le judaïsme, ni l’islam, ni l’hindouisme et ses dérivés ne fonctionnent ainsi. Chaque paroisse désigne son officiant qui n’a de compte à rendre à aucune autorité centrale.

    C’est pour contourner le problème sans toucher à la loi de 1905 que Nicolas Sarkozy, lorsqu’il était ministre de l’intérieur et des cultes (partie de la titulature souvent omise), avait incité la création du conseil du culte musulman, pour que l’état ait en face de lui un représentant habilité à parler au nom de tous les immams. Mais sans confier de pouvoir contraignant sur la nomination et la révocation des immams par cette autorité, on voit bien que ça n’a aucune influence concrète, hormis pour faire bien dans les médias.

    Enfin, séparer l’église (pardon, les églises — tu parles) et l’État revient à méconnaître un des principes immuables des sociétés humaines selon lequel il est difficile d’établir une paix sociale durable si le pouvoir temporel n’encadre pas étroitement le pouvoir spirituel. Depuis 110 ans, nous avons eu la chance que l’église catholique n’ait pas eu de fortes velléités politique. Mais tel n’est pas le cas de l’islam depuis qu’il subit les influences néfastes des wahabbites et des salafistes, ce qui conduit de parfaits français musulmans qui ne feraient jamais de mal à une mouche, à toutefois trouver souhaitable que la mairie réserve des plages horaires non mixtes à la piscine, que la cantine du lycée ne serve jamais de porc, que leur fille doive porter le voile au collège, etc. et à entreprendre une action concrète en ce sens, parfois couronnée de succès par clientélisme électoral comme l’ont dénoncé ces derniers toujours Rachida Dati ou Malek Boutih. Dans de telles conditions, une révision de la loi pourrait lui permettre d’être effectivement opérante envers LES églises, et non plus envers la seule église catholique romaine.

    Deux points supplémentaires :

    – On entend souvent que l’islam serait la deuxième religion de France. C’est faux, nous avons en gros 60% de chrétiens et 30% de non-croyants. L’athéisme (qui à mes yeux est une croyance au même titre que les autres) est donc en deuxième position.

    – On a peu fait remarquer, lors du calamiteux non-débat sur le mariage homosexuel, que l’Espagne l’avait mis en place avant la France, alors que le catholicisme y est la religion d’État. En creusant un peu, il est apparu que le pouvoir temporel a clairement fait comprendre au pouvoir spirituel que toute tentative de nuire à ce projet se solderait par une réduction notable du budget du culte. Alors, sans aller jusqu’à rétablir la monarchie de droit divin, il est bon de se rappeler que le spirituel doit dépendre du temporel…

  6. je suis français, profondément catho et farouchement laïque. les banlieues vertes vont nous péter à la figure si on ne fait rien.notamment en campant fermement sur nos principes républicains. toutes les reculades, depuis le voile en 89, n’ont servi à rien d’autre qu’à nourrir le sectarisme, le communautarisme et l’auto-ségrégation. Le développement du théologico-politique islamique menace réellement notre pays.

  7. Le Front National n’a pas volé la laïcité. Il l’a récupéré là où l’avaient jété ceux qui autrefois la défendait : à la poubelle. Accuser le Front National d’avoir volé la laïcité est de la diffamation, purement et simplement. Pendant des années, le Front Natioanl a fait le sale boulot en défendant la laïcité, voilà comment il est remercié. Ca se paira…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s