Faut-il pendre Rudy Ricciotti ?

La collection  » Faut-il pendre ? «  est heureuse d’introduire son nouveau membre: Rudy Ricciotti. Introduire est un bien grand mot car comme tu aimes à le rappeler: « J’ai toujours refusé d’avoir la circonférence de la bouche au format exact de la bite du pouvoir. » (ici)  Quel poète, tu es. Quel rebelle, tu fais. Quel punk, oserais-je dire. Mais plus sérieusement, Rudy quand tu tapines pour LAFARGE (voir vidéo ci-dessous) , c’est avec ou sans préliminaire ? Tu sais que le pouvoir politique ayant cédé la main au pouvoir économique et financier, le courage (le vrai) aurait été de dire quel était le pouvoir auquel tu réservais ta gorge profonde. Vraisemblablement, au pouvoir du BTP bien plus puissant et dangereux que le pouvoir politique, n’est-ce pas ? Si tu en doutes encore, tu peux regarder le désastre que tes petits copains de LAFARGE (et d’autres) font dans le monde dans ce documentaire sur le sable diffusé récemment sur ARTE. Mais trêve de plaisantristes, passons aux choses sérieuses.

Lire la suite

Ricciotti: sa bite et son couteau.

Il est partout : France Inter, France Culture, Ce soir ou jamais (à  1h33mn), en dédicace pour son nouveau livre « L’architecture est un sport de combat » à la librairie au Cabanon,  exposé à la Cité de l’Architecture  dès le 11 avril prochain et enfin en conférence pour les trophées béton dans 15 jours. Toute cette promotion bien orchestrée parachève la livraison de trois bâtiments importants:  le MUCEM à Marseille, le stade Jean Bouin à Paris XVIème et le département des Arts de l’Islam du Musée du Louvre. Pour celles et ceux qui l’ont raté, écoutez-le, car Rudy Ricciotti a la bite trempée dans le vitriol et le couteau aiguisé pour lacérer toute la bien-pensance architecturale. Mais est-il l’anarchitecte qu’il prétend être ou simplement un alvéopyge de plus du sérail architectural ?

La mantille à Ricciotti

Lire la suite