Je suis Charlie Hebdo, je suis Xavier Gorce.

Le dimanche 1er février, les secrétaires de section du parti socialiste se réunissaient à la Mutualité sur un thème ambitieux : « Faire vivre la République ». A cette occasion, le PS avait invité le dessinateur de presse Xavier Gorce, connu pour ses Indégivrables , pour illustrer la journée de débat. Il a ainsi réalisé une dizaine de dessins, s’appuyant sur les discours à la tribune, en mêlant subtilement l’actualité nationale et les débats socialistes à travers ses petits pingouins. Si la plupart de ces dessins se moquait gentiment des socialistes, un dessin a fait l’objet d’une cabale lancée sur Twitter à l’encontre de Gorce.

Lire la suite

Le roi Hollande est (pieds) nu(s)

« Un homme politique de gauche est un homme qui prend des engagements de gauche et qui agit à gauche. Sa fortune personnelle, celle de ses amis ou de ses relations, son mode de vie ne sont pas sans intérêt ou sans conséquences, mais ils sont et doivent rester seconds dans l’appréciation politique que l’on porte sur lui. » Quand Aquilino Morelle écrivait ces mots dans une tribune à Libération en juillet 2010, jamais il n’aurait pu imaginer que ce serait ceux qui le feraient démissionner quatre ans plus tard. En effet, faisant suite aux révélations de Mediapart, l’appréciation politique faite de l’ex-conseiller élyséen restera à jamais celle d’un homme avide de pouvoir et d’argent toujours prompt à donner des leçons de morale aux autres mais jamais à se les appliquer. Il semblait indispensable qu’il démissionnât, mais est-il le seul responsable ?

Lire la suite