MIPIM, le salon de la malbouffe architecturale.

Tous les ans ou tous les deux ans, il y a le SIAL, le plus grand salon de l’innovation agroalimentaire au monde. On y trouve tout et n’importe quoi, de vrais innovations pour l’agroalimentaire comme de la chimie ou des produits industriels des plus malsains pour notre santé. Bah le MIPIM, le Marché International des Professionnels de l’Immobilier, qui vient d’ouvrir à Cannes, c’est pareil. Une grande foire où chacun vient présenter ses projets immobiliers, urbains, architecturaux, des biens forcément un peu, mais surtout du grand n’importe quoi, du prêt à bétonner, du rien à penser…

Lire la suite

Publicités

L’architecture dans la fabrique de la ville néolibérale.

Olivier Chadoin est sociologue, enseignant à L’ENSAP de Bordeaux et chercheur au Let – LAVUE (UMR CNRS 7218). Il est membre des comités de rédaction de la revue Espaces et Sociétés (www.espacesetsociétés.msh-paris-paris.fr) et des Editions de La Villette (www.paris-lavillette.archi.fr/editions/) de l’Association Française de Sociologie (www.afs-socio.fr) et du réseau RAMAU (www.ramau.archi.fr). Ses travaux sont consacrés à la ville, la culture et à l’architecture et ses métiers. Il travaille actuellement dans une perspective socio-historique sur les rapports entre architecture et sciences sociales. Outre des articles dans des revues scientifiques du domaine et de nombreuses contributions à des ouvrages collectifs, il a notamment publié Etre architecte : les vertus de l’indétermination (2007), La ville des individus – sociologie, urbanisme et architecture (2004), Activités d’architectes en Europe : nouvelles pratiques (2003) et Du politique à l’œuvre – systèmes et acteurs des grands projets urbains et architecturaux (2000).

Ce texte a été initialement publié dans le magazine AMC du mois de janvier 2014 et est repris ici avec l’aimable autorisation de la rédaction d’AMC.

Lire la suite

Questionnaire d’archi à la Pivot – volume 4

Olivier Chadoin est sociologue, enseigne à l’ENSA de Bordeaux et est chercheur au Let – LAVUE (UMR CNRS 7218). Il est membre du comité de rédaction de la revue Espaces et Sociétés, de l’Association Française de Sociologie et du réseau Ramau. Ses travaux sont consacrés à la ville, l’architecture et ses métiers. Il travaille actuellement dans une perspective socio-historique sur les rapports entre architecture et sciences sociales. Outre des articles dans des revues scientifiques du domaine et de nombreuses contributions à des ouvrages collectifs, il a récemment publié Être architecte : les vertus de l’indétermination (2007, 2013),  que je vous recommande et il prépare en ce moment un ouvrage avec Gilles Ragot sur la Cité de refuge de l’armée du salut (Le Corbusier). Nous avions publié une tribune commune (ici), c’est donc un homme de conviction que je vous invite à découvrir cette semaine.

Lire la suite

De la marchandisation des études d’architecture.

Alors que la profession est au plus mal, jamais autant d’élèves post-bac n’ont souhaité s’inscrire dans les écoles d’architecture. Ainsi, le nombre de diplômés ne cesse d’augmenter et avec cela la précarisation de la profession, elle aussi, ne cesse de croître. C’est tout le paradoxe des études et du métier d’architecte depuis une quinzaine d’années (voir le rapport d’Olivier Chadoin et Thérèse Evette sur les statistiques de la profession architecte 1998-2007). L’accès aux études s’est complexifié et tend de plus en plus à la reproduction sociale et à la disparation totale d’enfants de classes populaires dans les écoles. Cette situation tendue a ouvert les appétits des petits marchands d’espoir. Passons les en revue.

Lire la suite

D’un concours républicain et de ses attendus…

Suite à la diffusion d’un questionnaire à choix multiples faisant office de sélection d’entrée à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille, le sociologue Olivier Chadoin, maître-assistant à l’ENSA de Bordeaux, Jérôme-Olivier Delb architecte, Philippe Simon, maître-assistant à l’ENSA Paris-Malaquais et co-fondateur de l’agence Galiano-Simon, Yannis Tsiomis, professeur et le sociologue et professeur à l’ENSA de Paris-Malaquais Jean-Louis Violeau signent une tribune commune sur l’Abeille et l’Architecte pour dénoncer le cynisme de ce QCM.


Lire la suite