Questionnaire d’archi à la Pivot – volume 13

Puisque seuls, les journalistes du groupe Moniteur souhaitent répondre au questionnaire d’archi à la Pivot (c’est un appel à ceux de D’A, Archiscopie, A vivre, AA, Criticat…), cette semaine, c’est la journaliste Félicie Geslin qui est l’invitée et elle a décidé de se présenter toute seule comme une grande : 
« Historienne de l’art formée à l’Ecole du Louvre en muséologie et à Paris IV en art moderne, je travaille dans la presse écrite depuis près de 15 ans. Souscrivant à la définition donnée par Marc Barani de l’architecture comme étant « la science des correspondances subtiles », j’assume pour Le Moniteur une double casquette d’iconographe – illustrant hebdomadairement le journal – et de rédactrice pour la rubrique Architecture & Urbanisme.
Pour le reste, je citerais simplement les lignes que je trouve les plus émouvantes sur l’architecture, parce que la littérature tient une place importante dans ma vie.
« Notre vie est brève : nous parlons sans cesse des siècles qui précèdent ou qui suivent le nôtre comme s’ils nous étaient totalement étrangers ; j’y touchais pourtant dans mes jeux avec la pierre. Ces murs que j’étaie sont encore chauds du contact des corps disparus ; des mains qui n’existent pas encore caresseront ces fûts de colonnes. Plus j’ai médité sur ma mort et surtout sur celle d’un autre, plus j’ai essayé d’ajouter à nos vies ces rallonges presque indestructibles. » (Tellus stabilita, Mémoires d’Hadrien, Marguerite Yourcenar) »