Edith Girard, une grande dame de l’architecture nous a quittés.

L’immédiateté de Twitter nous permet de savoir tout de tout de suite. Ainsi, hier j’ai appris par un tweet qu’Edith Girard, architecte et enseignante, venait de disparaître. Elle enseigna à l’école d’architecture de Paris Belleville jusqu’en juin dernier et un pot de départ était même organisé la semaine prochaine. Une disparition qui laisse coi des générations d’architectes et d’étudiants.

Lire la suite

101 mots de Jean-Louis Violeau

En 2000, j’entrais au conseil d’administration de l’école d’architecture de Paris-Belleville. A notre installation, le directeur de l’école, Jean-Pierre Bobenriether, offrait à tous les membres du CA un ouvrage qui venait de paraître aux éditions Recherche : « Quel enseignement pour l’architecture ? «  écrit par un jeune sociologue Jean-Louis Violeau. Première rencontre. Il aura fallu attendre la sortie en 2005 de :  » Les architectes et mai 68 «  pour que je comprenne enfin les enjeux, les guerres intestines, les rapports de force auxquels je venais d’assister en tant qu’étudiant-élu en charge de la réforme HMONP au  ministère de la Culture et la Communication. Seconde rencontre. Ce n’est que grâce aux réseaux sociaux que j’ai pu enfin rentrer en contact avec Jean-Louis Violeau pour le rencontrer In Real Life (IRL), comme on dit aujourd’hui. C’est ainsi que le talentueux auteur accepta de publier sur mon modeste blog un texte  » L’auteur (en architecture), c’est qui ? « , avant propos de son ouvrage  » Les 101 mots de l’auteur (et de ses droits) en architecture à l’usage de tous  » qui vient d’être récemment publié et dont je vous propose une courte recension.

Lire la suite

L’auteur (en architecture), c’est qui ?

L’ouverture du blog à des invités continue. Après un témoignage anonyme, c’est l’éminent sociologue et professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecte de Paris-Malaquais Jean-Louis Violeau qui me fait l’honneur d’un texte original sur l’auteur (en architecture) dans la suite de mon précédent billet « Ami, entends-tu le bruit sourd de l’architecte qu’on enchaîne…« . Vous constaterez à la lecture de cet excellent billet la différence entre un blogueur et un universitaire. Encore merci à lui et pendant que j’y suis, je vous conseille trois des ses excellents ouvrages : Quel enseignement pour l’architecture ? , Les architectes et mai 68 et Les architectes et mai 81. Vous pourrez retrouver ce texte en avant-propos d’un livre à paraître à la fin du mois chez Archibooks sur les « 101 mots du droit (d’auteur) de l’architecte ».

Lire la suite

Fioraso, Proust et les langues étrangères.

Ah, qu’ils étaient beaux les socialistes défendant, le verbe haut, La Princesse de Clèves.  Ah, qu’ils étaient courageux les socialistes qui allaient réformer la loi LRU. Ah, oui mais cela c’était avant. Avant que la ministre Fioraso vienne nous expliquer que « si nous n’autorisons pas les cours en anglais, nous n’attirerons pas les étudiants de pays émergents comme la Corée du Sud et l’Inde. Et nous nous retrouverons à cinq à discuter de Proust autour d’une table, même si j’aime Proust…» et que sa loi ne soit surnommée « LRU2 », allusion à la loi sur l’autonomie des universités de Valérie Pécresse. Preuve s’il en était de la continuité avec le précédent gouvernement.

Lire la suite