Les parpaings d’or de l’architecture 2014

Après les « Gérard de l’architecture » en décembre 2012, puis « Les parpaings d’or des architectes » en décembre 2013 suivis d’une cérémonie sur la péniche Louise Catherine de Le Corbusier, je suis heureux de vous présenter « Les parpaings d’or de l’architecture 2014 », avec son lot de questions bêtes et méchantes (mais trop) sur l’architecture, les architectes et leur petit monde.

Je ne sais pas encore s’il y aura une cérémonie cette année, car il faut de nouveau trouver une salle, des parpaings… Les sponsors potentiels peuvent m’écrire à  labeilleetlarchitecte [at] gmail.com 

Je ne vous fais pas attendre plus longtemps, et comme l’an dernier : bon vote et que vive l’architecture, les architectes et leur sens de l’humour.

Lire la suite

Du travail spéculatif en architecture ou la mort des architectes.

En juillet dernier, des professionnels des arts graphiques / graphistes étaient reçus par la secrétaire d’État chargée du numérique, Axelle Lemaire. Leur revendication est simple : lutter contre le travail gratuit qui se cache derrière le principe fallacieux de la modernité numérique et dont la secrétaire d’État avait malencontreusement fait la publicité. En effet, de plus en plus souvent, les graphistes comme les architectes ont constaté que de nombreuses sociétés «construisent leur offre commerciale sur les épaules d’une main d’œuvre qu’ils ne payent pas. Professionnels, mais aussi particuliers par milliers y travaillent sans contrats ni statuts au mépris des plus élémentaires obligations légales». C’est ce que l’on appelle le travail spéculatif ou travail «collaboratif» non rémunéré.

Lire la suite

Biennale de Venise : REM IS DEAD ?

Bien qu’absent à la Biennale d’architecture, les articles, les échos et les commentaires sur les réseaux sociaux m’en ont presque autant dit sur la déception des architectes que si j’avais arpenté les rues escarpées de Venise et les garden-partys surbondées de ce long week-end architectural. Les critiques ne se sont pas faites attendre, comme le suggère Catherine Sabbah (journaliste aux Échos et auteur de l’excellent blog La République de l’architecture) dans son article : Biennale de Venise: mais où est passé le futur? :  » Les architectes affichent un air dubitatif. La question hante les dîners et les fêtes vénitiennes en ce début juin: Rem Koolhaas, la star mondiale de l’architecture, commissaire de l’événement, se serait-il foutu d’eux? «  Alors Rem is dead ?

Lire la suite