Du respect des architectes et l’architecture.


Il y a quelques semaines, la remise des rapports sur la mission d’information sur la création architecturale du député de Paris Patrick Bloche et celui des sénateurs Hugues Portelli et Jean-Pierre Sueur tentait de remettre l’architecte et l’architecture sur la place du village. Ces bonnes intentions masquent pour autant une défiance de plus en plus croissante et un irrespect profond du travail des architectes et de la place de l’architecture en France.

Pour le prouver, voici quelques exemples.

  1. À Nancy, depuis de nombreuses années, un constructeur de maisons individuelles utilisait le terme « maisons d’architecte » dans ses plaquettes commerciales, alors qu’il ne s’agit pas d’une agence d’architecture et qu’aucun salarié n’est architecte inscrit à l’Ordre des architectes. Ce dernier, après plusieurs avertissements à cette société, finit par attaquer l’entreprise. Le procès a eu lieu (ici l’article de presse) et le jugement est édifiant. La société et ses deux dirigeants obtiennent gain de cause et sont relaxés. Si l’Ordre des architectes de Lorraine a fait appel de la décision, la brèche ouverte par ce jugement pourrait faire jurisprudence et de fait permettre à tous les constructeurs de maisons individuelles d’utiliser le terme de « maisons d’architecte ».
  2. Un site en ligne (crée par deux diplômés d’école de commerce dont l’un est le fils de l’architecte associé à ce site) propose aux potentiels clients de trouver le plan idéal de leur future maison en cliquant sur différents critères. Le plan ainsi sélectionné sera acheté par le client qui pourra faire réaliser – je cite –   » le permis de construire […] par l’architecte créateur du plans ou par un architecte de notre réseau. » Or, si l’architecte qui dépose le permis de construire n’est pas l’auteur du projet, il y a infraction au code de déontologie (article 5). Le prix annoncé (plan à partir de 149€ et permis de construire à 35% de réduction) se fait sur le dos de l’architecte (une élue d’un CROA m’ayant même affirmé qu’elle se trouvait sur le site sans autorisation). Ici, l’architecte n’est qu’un élément dont se sert ou non puisque l’intermédiaire principal reste le site. C’est à se demander comment un architecte comme Roland Castro peut accepter de telles pratiques.
  3. Comme je l’avais prédit dans cet article, les architectes sont les grands cocus des dernières municipales. La nouvelle présidente de l’Ordre nationale Catherine Jacquot revient dans un entretien sur ces projets de logements sociaux ou privés arrêtés suite aux changements d’équipes municipales alors même que la question du logement est devenue centrale. Mais les projets de logements ne sont pas les seuls à être abandonnés, à Toulouse, c’est le projet de construction d’un bâtiment de 5 500 m2 destiné à accueillir l’Institut d’études politiques au centre historique qui ne verra pas le jour. La raison : Jean-Luc Moudenc a fait savoir qu’il donnerait un avis défavorable au permis de construire et ce pour des raisons esthétiques. Les conséquences : l’annulation du dépôt de PC et donc du projet, une agence d’architecture GGR qui perd un marché et des étudiants sans locaux d’ici deux ans.  Le coût: 910 000 euros d’argent public mis à la poubelle.

L’article 1er de la loi n° 77-2 du 3 janvier 1977 sur l’architecture dispose que :  » L’architecture est une expression de la culture « . À voir les exemples cités ci-dessus, nous pouvons constater que l’architecture n’est nullement cela mais bel et bien un service à bas coût dont l’architecte kleenex est le prestataire (ceci n’empêchant pas les architectes de passer pour des privilégiés). Dans les trois cas, l’Ordre des architectes a ou aurait un rôle essentiel à avoir, d’une part dans la dénonciation et la condamnation de situations honteuses, d’autre part en étant force de proposition pour empêcher que cela se répète.

Advertisements

14 réflexions sur “Du respect des architectes et l’architecture.

  1. Je dis que l’Ordre a beaucoup de boulot… En dehors, mais aussi au sein des architectes DPLG- DEHMONP. Il faut vraiment arrêter le scandale précaire qu’est l’architecte en France.

  2. Je trouve à titre personnel l’idée des créateurs d’archionline plutôt intéressante en permettant de rapprocher architectes et particuliers.
    Les architectes se plaignent beaucoup de ne pas accéder au marché de la maison individuelle car effectivement se pose la question de la manière à employer pour toucher cette clientèle diffuse, hétérogène et pour qui ce n’est pas naturel car peu palpable d’acheter de la prestation intellectuelle. Au contraire, le site, s’il est bien construit, pourrait permettre de faire naître le réflexe « maison = architecte » en montrant des projets certainement plus aboutis et plus appréciables qu’une simple maison du catalogue Phénix ou Tartampion. Pour l’architecte, le site permet à priori de donner de la visibilité à ses créations et de combler sa faiblesse principale : la force commerciale.
    Sur les dérives :
    1/ si les modifications à apporter à un plan « de base » sont bien conduites par son architecte concepteur et qu’il signe le permis, je ne vois pas le problème déontologique. Or, que ce soit dans l’interview ou sur le site je n’ai pas vu mention du fait que le projet pourrait être confié à un quelconque architecte du réseau. Je présume que les créateurs ont bien dû étudier la dimension juridique de leur démarche pour ne pas tomber dans ce piège un peu évident. ça n’empêche de rester évidemment vigilent.
    2/ sur la dimension « chaque projet est unique » ou « ne doit pas être reproduit », je pense que la difficulté des architectes est de rencontrer son client. Une fois le contact établis, libre à lui, avec son talent, d’orienter éventuellement le client vers des solutions plus abouties et adaptées à son terrain, à son programme et à ses aspirations. Là encore, je trouve au site une vertu éducative car il place à priori l’architecte au centre du jeu. Sans regarder les projets qu’ils proposent, j’imagine que ça doit plus variés qu’un catalogue de pavillonneur.
    En conclusion, je dirais qu’il ne faut pas d’entré voir d’un mauvais œil les initiatives innovantes en termes de vente de prestations architecturales surtout quand il semblerait qu’elles placent l’architecte au cœur du système.

    • Bonjour PEH,

      Un client ayant acheté un plan en ligne de 200 € à 600 €, est mis en contact avec l’architecte, la relation ne se passe pas bien (car avant tout, on choisit un architecte sur ce qu’il fait et sur qu’il est, un ordinateur ne peut pas faire choix), l’architecte ou le client refuse tout contrat.
      Deux solutions :
      -Le client souhaite quand même cette maison et la fait faire avec un architecte (permis de complaisance) : ILLÉGAL
      -Le client abandonne et il s’est avoir de 200 € à 600 € et du temps de perdu.

      Si l’on part du principe que la relation se passe bien. Que le client veuille prendre l’architecte pour réaliser seulement son permis de construire car il souhaite réaliser la maison tout seul. Lors de la négociation des honoraires, le client mettra dans la balance le fait qu’il ait payé déjà 200 ou 600 € (dont l’architecte n’a recu que 30 %) et qu’il ne va pas dépenser encore 2 à 4 % d’honoraires vu que le projet était fait en parti et qu’il ne faut « QUE » le modifier. Si tu ajoutes à ça que selon le contrat  » l’architecte-auteur versera une commission d’apporteur d’affaire à Archionline correspondant à 1% H.T. du montant total hors taxes des travaux.  » Il reste combien pour l’architecte ?

      Regardons :

      Une maison à 200 000 € HT

      Le plan acheté par le client à 600 € HT (donc 200 € pour l’architecte)
      Honoraire de l’architecte pour un PC : 4% soit 8000 € moins les 600 € demandé par le client, moins le 1% de Archionline donc moins 2000 €, moins la MAF donc 300 €
      Il reste donc à l’architecte la somme de 5100 €
      Archionline aura gagné 2400 €.

      [MAJ] après relecture du contrat, ARCHIONLINE ne prend 1% que si le marché est complet pour l’architecte et non pour la seule mission permis de construire. mea maxima culpa

      Alors, toujours heureux ?

      • fais gaffe ton calcul est faux je crois car le 1% du HT c’est seulement si tu as la mission complète 😉
        Mais je te rejoins sur le fond !!

  3. C’est très éducatif en effet, et cela montre une belle culture architecturale et constructive, de classer comme le fait le site des plans de maisons selon qu’on la desire contemporaine, traditionnelle ou je cite, parce que c’est formidable « bois/HQE » ! Ils ont évité l’eceuil du « moderne » c’est déjà une belle performance…
    Et si on veut une maison de Ledoux, ou de Boulée ? Ils n’ont pas pensé aux architectes disparus ?! Les plans devraient pourtant être libres de droit… Et jamais construit pour le second ! De l’inédit !
    Et Versailles, non ? Ça pourrait intéresser l’investisseur russe, pourtant.
    A méditer !

    Et pi c’est marrant tous ces architectes de la region Languedoc-Roussillon, comme Papa Lathouze…

  4. J’ai découvert Archionline il y a quelques jours et je dois dire que je suis assez mitigée. Tout d’abord, je suis assez d’accord avec Pierre-Emmanuel, il y a une dimension de mise en relation Archi/client qui est intéressante. Cela permet éventuellement aux archi d’être plus « visible » si ce site devient diffusé largement et ça diminue l’idée de démarchage client.

    Par contre, je suis absolument contre certaines idées, qui, je trouvent violent complètement les bases de notre métier.
    J’ai l’impression d’être face à une une forme de prostitution; on brade des plans de vieux projets (non réalisés ou pourris tout simplement!) dans le secret espoir de se faire de nouveaux clients.
    Outre la qualité déplorable de la plupart des projets (oui, oui, je sais, respect des confrères et tout ça!) qui ressemblent plus à des maisons phoenix qu’à des maisons « d’Architectes », quid du respect du droit d’auteur???
    Le site vend des plans qui peuvent ensuite être réalisés par un autre archi que celui à l’origine du projet. Donc, est-ce que l’archi d’origine touche une com, est-ce qu’il donne ses plans gratos?(prostitut***, oups ça ‘a échappé encore!)
    Quoi qu’il en soit, je pense qu’un projet, c’est pas juste un pavillon sur un terrain à construire, mais il y a aussi certaines relations au contexte et autre, sinon ce site et ses archi ne valent pas mieux que n’importe quel constructeur de maison sur plan…

    Mais après tout, qui peut les blâmer, tous ces archis qui vendent leurs fesses en promo sur internet? On fait des études plus longues que la plupart des autres « professions réglementées » (pour faire référence à l’article du monde cité plus haut!), on est face à une pression folle, et des responsabilités qui le sont encore plus, pour se faire c**** avec des clients qui ne veulent rien payer et cherchent juste un prestataire pour signer leur plans imprimés sur internet…

    Le vrai problème, c’est que les archis eux même n’ont plus de respect pour leur propre profession. Combien d’études de faisabilité gratuites dans l’espoir d’obtenir un marché? Combien de stagiaires non payés qui abattent le boulot de plusieurs personnes pour pas un rond? Et le respect des confrère, la plus grosse blague du code de déontologie! Tout le monde balance sur tout le monde, tout le temps…
    Et au final, si on peut tout juste se payer un SMIC, une fois tous les 2 mois, c’est la fête!
    Et l’Ordre, au fait, à part payer une cotisation, ils servent à quoi? Pas un clampin pour répondre lorsque l’on a une question légale, et personne qui se bat réellement pour faire valoir nos droits, donc oui, l’architecture en France est une grande plaisanterie.

    Mais tant que des jeunes bosseront gratos, avec le secret espoir de décrocher un contrat, tant que les archis travailleront à des taux trop bas, tant qu’on continuera « d’embaucher » des ADE auto-entrepreneurs, le métier continuera sur sa lancée de vaste blague!

    Un métier pour lequel on est adulé dans certains pays, jalousé ou admiré dans d’autre, en France, on aura toujours que 2 options; Tu te bats pour tes idées et des projets de qualité et tu crèves de faim, car les belles idées, ça paye pas les courses!
    Ou alors tu fais de la merde à la chaine et même si tu fais un peu de fric, au final, tu fais toujours que de la merde!!!

  5. Cela ressemble plus à un catalogue de maisons de promoteurs, pas de grande qualité…
    C’est l’occasion, pour les vieux architectes de descendre de leur tour d’Ivoire et, pour les jeunes architectes d’obtenir une visibilité…
    L’Age d’Or de l’architecture est terminé, nos ainés l’ont enterré, ce type d’initiative est peut être un espoir de se diffuser…

    • Diffuser quoi ? des plans recyclés, des plans inachevés ? dont la charte graphique ne correspond pas forcément à l’image que les agences veulent renvoyer.
      La piscine, les belles voitures, les meufs à poil demain ? C’est ça l’image de l’architecture ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s