Le Hollande Tour du communautarisme : aujourd’hui le dîner du CRIF.


Comme chaque année le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) organise son dîner où se pavane les partis politiques, enfin ceux qui restent invités : le PS et l’UMP. Le PCF, EELV, le FN ne sont pas invités et François Bayrou se refuse d’aller à une « réunion communautaire », c’est dire s’il y a du monde. Alors pourquoi François Hollande, président de la République (oui, oui de la République) s’est rendu ce 04 mars au soir, comme l’an dernier, à ce dîner ? Cela peut paraître un peu surprenant de la part d’un républicain, mais encore aurait-il fallu que le président de la République le soit encore un peu car de la réception à l’occasion du 70ème anniversaire du CRIF à l’Elysée à l’hommage aux soldats musulmans, François Hollande multiplie depuis son arrivée au pouvoir les dérives communautaristes les plus graves sans que la gauche ni la droite républicaine ne s’en émeuvent.

Depuis maintenant près de 30 ans, les hommes politiques de droite comme de gauche se pressent au dîner du CRIF, véritable entreprise communautariste alors même qu’il ne représente au mieux qu’un sixième des juifs de France. Que viennent-ils donc y faire ? Y écouter, comme le dit Elie Arié dans une tribune à Marianne« des leçons de géopolitique, s’entendre expliquer quelle politique ils doivent mener dans l’intérêt d’ Israël, se faire décerner publiquement des bons et des mauvais points, et promettre humblement de faire mieux la prochaine fois «  ? Tenter à quelques semaines des municipales de récupérer un soi-disant « vote juif », comme quelques jours auparavant, ils venaient de faire de même avec un supposé « vote musulman » ? François Hollande et ses ministres (dont notamment Manuel Valls en premier chef) viendront-ils demain au déjeuner de la Fédération Nationale de la Libre Pensée ou peut-être au goûter de Pâques de Civitas ? C’est bien là tout le problème, à chaque fois que l’on retourne la question, on ne sait toujours pas pourquoi des représentants de la République vont à ce dîner, organisent telle ou telle cérémonie ou rendent hommage à telle communauté.

Il reste comme à chaque fois l’explication la plus rationnelle, celle qui nous ramène à la philosophe Catherine Kintzler qui, dans son article « Questions fréquentes sur la laïcité », énumère 5 figures d’élus (je n’ai mis que les deux premières) dont le premier a quasiment disparu pour être remplacé par le second :

  • Le « Républicain laïque » place au fondement de la cité le principe de laïcité qui impose l’abstention stricte de la puissance publique et un devoir de réserve de la part de tous ceux qui y participent ; en revanche dans la sphère de la société civile cette abstention n’est pas requise et toutes les positions, pourvu qu’elles ne soient pas contraires au droit commun, sont licites et jouissent de la liberté d’expression.
  • Le « Démocrate communautariste » pense que la cité a pour fondement les communautés, dont il recherche la cohabitation pacifique dans la société civile mais, au nom de « différences », il admet le principe d’appartenance d’un individu à une communauté.

La réponse est donc là : plus aucun élu ne voit l’individu comme un citoyen mais comme un individu faisant parti d’une communauté qu’elle soit politique, religieuse ou idenditaire à qui il faut rendre des comptes, promettre pour espérer récupérer son vote. La politique des identités contre la République du commun. Il est décidément loin le temps où le comte de Clermont-Tonnerre déclarait à la tribune de l’Assemblée nationale un discours qui caractérisera l’assimilation des Juifs en France pendant les siècles suivants :  « Il faut tout refuser aux Juifs comme nation et tout accorder aux Juifs comme individus. Il faut qu’ils ne fassent dans l’Etat ni un corps politique ni un ordre. Il faut qu’ils soient individuellement citoyens. »

Publicités

4 réflexions sur “Le Hollande Tour du communautarisme : aujourd’hui le dîner du CRIF.

  1. Sans me rappeler auparavant l’auteur de ta toute dernière citation elle demeurait cependant gravée en ma mémoire ! Puis un temps je fus moi-même Juif-Allemand pour en parodier l’absurdité contraire et ce sans agréer pour autant les discours abscons de son éloquent !
    Tu te radicalises avec brio, l’Abeille ! Je te suis car tes ailes sont encore bien fragiles !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s