Citation du dimanche – 60


Serge Gainsbourg (1928-1991) est un auteur-compositeur-interprète Français.

Suite à la sortie de la Marseillaise version reggae, le journaliste Michel Droit rédige une violente diatribe contre Serge Gainsbourg allant jusqu’à accuser de dernier de faire du tort aux autres Juifs en suscitant un regain d’antisémitisme. La réponse de Gainsbourg ne se fait pas attendre :

Peut-être Droit, journaliste, homme de lettres – de cinq dirons-nous -, membre de l’association des chasseurs professionnels d’Afrique francophone, cf. Bokassa Ier, officiant a l’ordre national du Mérite, médaillé militaire, croisé de guerre 39-45 et croix de la Légion d’honneur dite étoile des braves, apprécierait-il que je mette a nouveau celle de David que l’on me somma d’arborer en juin 1942 noir sur jaune et ainsi , après avoir été relégué dans mon ghetto par la milice, devrais-je trente-sept ans plus tard y retourner, poussé cette fois par un ancien néo-combattant, et serais-je donc jusqu’au jour de ma mort, qui ne saurait tarder, je l’espère pour cet homme, un Juif de moins en France pourra-t-il dire alors, condamné a faire et a refaire inlassablement le flash-back d’un adolescent dans Paris occupé, ou celui, plus proche de mes origines, relaté par mon père a son fils, des pogroms de Nicolas II ?

Puissent le cérumen et la cataracte de l’après-gaullisme être l’un extrait la seconde opérée sur cet extrémiste de Droit, alors sera-t-il en mesure et lui permettrais-je de juger de ma Marseillaise, héroïque de par ses pulsations rythmiques et la dynamique de ses harmonies, également révolutionnaires dans son sens initial et « rouget de lislienne » par son appel aux armes.

Aussi suis-je désolé de lui apprendre que, par ce don d’ubiquité que celui-ci a malheureusement perdu mais que me prêtent encore quant à moi la gravure sur vinyle, la radiophonie et le tube cathodique, cette version personnelle d’un hymne national qui est aussi le mien quoiqu’il puisse en douter ne manquera pas d’être diffusée en Europe, Afrique, au Japon, aux Amériques, et jusqu’en Jamaïque où elle a pris naissance.

Je ne vois rien d’autre à ajouter sinon peut-être ces quelques mots empruntés à un éditorial d’Edouard Drumont dans son journal, La libre Parole, avec en exergue non pas Beaumarchais mais « la France aux Français », daté du dimanche 10 septembre 1899, et ceci à propos du capitaine Dreyfus : « Vive l’armée ! À bas les traîtres ! À bas les juifs ! »

Lucien Ginsburg dit Serge Gainsbourg

(Le Matin Dimanche, 17 juin 1979)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s