Profanation de la tombe de Clemenceau : La honte !


Faisant suite à la profanation de la tombe de Georges Clemenceau survenue dans la nuit de dimanche à lundi 25 novembre, mon ami Samuël Tomei, historien et auteur d’une passionnante biographie « Clemenceau : le combattant » a souhaité réagir contre des tagueurs qui n’ont ni le sens de l’histoire ni le courage du « père la victoire ». Si vous aimez l’histoire, je n’en doute pas, je vous mets en lien un petit bijou du même auteur 1906 : Jaurès versus Clemenceau.

Personne, même ses pires adversaires, pour nier que Clemenceau a vécu tout au service de son pays, au service de l’Idée, pour reprendre ses mots. Au terme d’une vie d’une impressionnante densité, calomnié autant que glorifié, lucide plus qu’aucun sur les défaillances de ses congénères et les siennes propres, dédaignant les honneurs posthumes, il ne voulait pas d’obsèques, seulement qu’on l’enterre à côté de son intraitable père, la tombe entourée d’une grille de fer, sans noms. Dans son cercueil, il ne voulait que sa canne, un livre offert par sa mère et un bouquet de fleurs séchées que des poilus lui avait tendu du fond d’une tranchée.

Né à Mouilleron-en-Pareds, il repose à Mouchamps : « C’est de ce point à cet autre que se sera déroulé mon triste arc-en-ciel… » Pas assez triste sans doute aux yeux de militants qui, n’écoutant que leur courage, l’ont nuitamment maculé de deux maximes – « Casse-toi » et « On lâche rien » – pour protester contre la venue d’un ministre auquel ils paraissent reprocher la volonté de s’inspirer d’une personnalité puissante à moins que ce ne soit déjà trop leur prêter.

Un citoyen ordinaire y verra la profanation d’une tombe. Peu de « grandes voix » pour s’indigner ; on attend toujours la lettre du lauréat de tel prix littéraire. Le sérail laisse Valls seul ? Tant mieux, il n’en deviendra que plus clemenciste. Quant aux tagueurs, qu’on leur impose la lecture d’une biographie du Tigre pour qu’ils mesurent l’ampleur de leur audace, la force de leur courage, l’envergure de leur pensée. Effort que seraient bien inspirés d’imiter les muets susnommés, qui se feront une idée du trait cinglant qu’eût trouvé Clemenceau pour l’occasion.

 Samuël Tomei.

Publicités

Une réflexion sur “Profanation de la tombe de Clemenceau : La honte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s