Rue 89 et une certaine idée du droit d’auteur…


Regardant quotidiennement Rue 89, je suis tombé sur un article / photo-reportage sur le centre commercial d’Aéroville réalisé Philippe Chiambaretta Architecte. Personnellement, je le savais mais j’ai quand même cherché le nom de l’architecte soit dans l’article soit notifié sur les photographies très réussies d’Audrey Cerdan (qui par ailleurs a déjà fait des photographies d’architecture notamment pour Raum architectes) . Je n’ai jamais trouvé le nom de l’architecte mais bien celui du promoteur Unibail… J’ai donc décidé d’envoyer un tweet (voir ci-dessous) à la rédaction de Rue 89 pour leur demander de corriger ce malheureux oubli. Quelle ne fut pas ma surprise en  découvrant la réponse…

C’est Yann Guegan le rédacteur en chef adjoint de Rue 89 qui m’a répondu.

Passons le mépris et la suffisance, j’en conclus donc que le droit d’auteur chez Rue 89 est à géométrie variable et en conséquence, j’invite donc tous mes lecteurs à se servir des textes et des photographies de Rue 89 sans autorisation préalable et sans respecter le droit d’auteur afin de fluidifier au maximum la liberté d’informer…

Rectificatif, suite à ce billet, la photographe et journaliste Audrey Cerdan a ajouté le nom de l’architecte Philippe Chiambaretta dans le slide 2. Je la remercie vivement d’avoir corrigé un oubli malencontreux.

17 réflexions sur “Rue 89 et une certaine idée du droit d’auteur…

  1. La liberté, qui consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui… d’ informer !
    En quoi est-ce important à plus d’un titre de nommer l’architecte, par delà ce ‘droit d’auteur’ tendance flou artistique ?
    Rue 89 semble mettre en cause, sans que je prenne la peine désormais de m’intéresser plus avant à leurs pensées suite à leur réaction épidermique, une société X en bisbille avec ses salariés. Soit, cette information certainement des plus scandaleuses sera peut-être salutaire !
    Mais cette société X se pare d’ architecture et a trouvé un zélé collaborateur en l’architecte Philippe Chiambaretta à même de lui offrir une ‘représentation’ sur mesure et dont l’image d’un autre zélé lui photographe s’affiche en pleine page de cette dénonciation.
    Pourquoi donc Rue 89 a besoin de ce plan de façade ?
    Le bâtiment aurait ressemblé à un centre commercial classique type rond-point de province, leur intérêt aurait été moindre et certainement l’impact de leurs propos .
    Insidieusement ce bâtiment est pris à témoin comme expression du luxe, grand vitrage, lumières à gogos etc donc forcément outil du capitalisme sauvage ce qu’il affiche d’ailleurs sans complexe, Aéroville 5 étoiles.
    L’architecte Philippe Chiambaretta donc a répondu à cette commande, comme tant d’autres sans se soucier en dehors des contraintes déjà conséquentes de l’acte de construire des modalités futures de son exploitation, fut-elle de l’homme par l’homme. On peut lui en vouloir ou pas de quelques accointances avec ce grand capital mais c’est son choix et n’est pas encore condamnable, il me semble, pas plus d’ailleurs que d’imaginer et de financer un tel programme. Du moins nommer l’auteur permet ainsi à tout un chacun de se faire une opinion sur sa propre vision et sur ses engagements pour ce qu’on nomme communément l’architecture .
    Le devoir d’informer avec justesse me semble plus approprié que de se targuer d’un sentiment de liberté bien peu introspectif sur l’usage fait ici.
    Il me semble probable que mon très très cher confrère ne perdra guère une seconde à faire valoir ses droits envers Rue 89, cette lecture particulière lui étant certainement assez étrangère et la société X ne tremblera guère non plus sous ces coups de butoirs.
    Dis moi pour qui tu travailles, je te dirais qui tu es ! Pour l’architecte donc mais aussi et faudrait pas l’oublier pour tous les salariés.
    Michel Dayot architecte

    • L’abeille, tu va avoir envie de me broyer les genoux en lisant ça, mais peut être qu’ils ne mentionnent pas l’architecte parce qu’il n’y a rien d’intéressant à dire sur l’architecte et son architecture ?…

      ok, je sors…

      • Bonjour
        Comme il doit être content le « Philippe » qu’on parle enfin et encore de lui.
        MDR, coté pub vous ne pouviez pas faire mieux , en plus tout semble rentrer dans l’ordre puisque la « coquille » a été rectifiée
        Dont act

  2. En même temps, les architectes ne s’intéressent qu’à leur petit monde… Ils ont raison, on s’en tape du nom de l’architecte! Sinon on a pas fini de les citer, ces petits grands hommes mal payés!

    • Si il y a bien un petit monde nombriliste celui des médias est exemplaire. Pourquoi donc ses membres signent-ils leurs art-icles sinon pour faire valoir leurs pensées. Les architectes aiment bien les citations, ça fait cultivé et reconnaissant.
      ‘Le positionnement très haut de gamme du centre commercial les rend fiers et leur donne de l’espoir.’
      Nolwenn Le Blevennec et Audrey Cerdan.Rue 89.
      Sacrée bonne pub !

      • Votre réponse est encore pire… quel rapport entre signer un bâtiment et son apparence ? Norman Foster ne signe pas ses bâtiments et il n’en a pas besoin!

  3. Le nom de l’architecte apparaît sur un texte sous la deuxième photo du diaporama qui accompagne l’article (peut-être l’ont-ils ajouté après ton tweet).

  4. Dans ce même diaporama on voit des bijoux en gros plan, ou des montres dans une vitrine, et y’a même pas le nom d’un designer !!!
    On voit des gens habillés, mais qui sont les stylistes ???
    Un cul de bagnole… c’est une Audi ? Une Peugeot ? On n’en saura rien !
    Et puis tous ces visages humains et même pas un mot sur leurs créateurs, pas un arbre généalogique à se mettre sous la dent…
    Quelle honte !

  5. J’aurais pu dire le graf de Bangsy et le T-shirt de ce même tag, ou bien une esquisse de Zao Wuou-Ki et sa photocopie, j’ai préféré tenter un nom connu pour permettre la compréhension. Qui aurait cru que ce soit le fond qui vous passe à coté (il n’y a aucune comparaison dans mon commentaire, la haine ou la jalousie vous égare)?

    Snobisme ? Mais est snob celui qui tente d’imiter par fatuité, et qui se montre méprisant pour son interlocuteur. Peut être devriez vous regarder dans le miroir.

    • ben si, tu lui dit qu’il n’y a rien sur ses murs, qu’elle n’a rien compris… mais bref on s’en fout, justement rentres dans le fond du sujet, pourquoi tu défends cette architecture ? Expliques moi un peu ce que ça a de créatif.

      Je ne suis pas devin mais je peux prédire que tu ne le fera pas comme personne d’autre. C’est notre époque, on se rentre dedans sur des choses superficielles, mais personne, j’ai dit PERSONNE ne parle d’architecture. Entre ce blog qui reste critique malgré tout et la presse périclitante qui taille des pipes au kilomètre, il n’y a rien, le néant…. Je ne suis pas jaloux, je suis un poil désespéré….

      • Sur vos murs [point d’interrogation] ? De plus je n’en sait rien, je ne vis pas chez Muriel !

        Que vous soyez désespéré, ça ce ressent, faites un blog, il sera surement génial…

        Pour faire simple: je ne défends pas cette architecture, je fais remarquer que l’acte unique que fait un architecte (même nul, et il y en a) ne peut être comparé avec un objet industrialisé. Même si certains voudraient bien rapprocher l’architecture du design industriel. Désolé que vous vous soyez mépris sur mes propos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s