La pâtisserie est-elle une branche de l’architecture? 2/4


Vous avez été nombreux la semaine dernière à lire le premier épisode de la saga architecturalo-culinaire de ce mois d’août. Cette semaine est principalement consacrée à Antonin Carême, celui qui m’a beaucoup  inspiré pour la rédaction de ce mémoire dont je vous rappelle le sujet :

Antonin Carême, pâtissier de son état, déclara au début XIXème siècle: «Les beaux-arts sont au nombre de cinq, à savoir: la peinture, la sculpture, la poésie, la musique et l’architecture, laquelle a pour branche principale la pâtisserie».  Quelles raisons ont poussé cet artisan à considérer la pâtisserie comme une branche de l’architecture? Quelles pâtisseries, du Moyen-âge à nous jours, pourraient confirmer cette citation ? Toutes ces questions – et bien d’autres – trouvent leurs réponses dans ce mémoire abordant un thème presque inconnu des architectes. 

Cette semaine du XVIIème au milieu du XIXème siècle. Les prochains chapitres: semaine prochaine…

(pour lire cliquez sur la première image et faites défiler)

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s