Complainte d’un bobo qui voulait une crèche


Stéphanie et Antoine ont respectivement 35 et 33 ans, ils se sont rencontrés en 2006 chez des amis, se sont pacsés un an après. Louis est né de cette union fin 2011. Elle travaille dans la mode et lui est chef de projet dans l’événementiel. Stéphanie a enfin décroché un CDI pour 2000 € par mois et Antoine a été augmenté cette année et touche 2500 € par mois. Avant la naissance de Louis, ils vivaient dans le XIe, dans leur 32 m2 à 650 € et ils gagnaient 4000 €, certes moins qu’aujourd’hui mais leur pouvoir est d’achat était bien supérieur : les apéros en terrasse, les fringues APC, les week-ends cote de bœuf-rosé à la campagne étaient légions… En 2011, ils ont déménagé à Montreuil, en prévision de l’heureux événement  où ils ont trouvé un trois pièces de 72 m2 pour 1100 € par mois. Une affaire. Ils auraient bien voulu quitter la région parisienne, pour les enfants, mais leur travail est quasiment exclusivement parisien. Leurs amis d’enfance restés en province se foutent d’eux, eux les bobos.

metro-quartier-parmentier-Oberkampf-Grand-Hotel-Francais

Eux bobos, ils se le demandent, ils feraient donc partie de cette caste bourgeoise-bohème bien pensante qui gagne bien sa vie, une élite intellectuelle et sociale fustigée par tous les partis de France. Certes, ils font des métiers artistiques ou vus comme tels, certes ils votent à gauche, certes ils sont plutôt pour le mariage gay mais que ce soit niveau de vie ou vie sociale, la naissance de Louis a bien changé la donne.

Dès mai 2011, ils ont fait une demande de crèche à la mairie de Montreuil. Fin septembre, le verdict tombe : ils n’auront pas de place. Ils se mettent alors à chercher un mode de garde. Compter sur les grands-parents : pas question. Il faudra donc chercher une nounou ou plutôt une assistante maternelle. Je vous la fais courte, ils trouvent la perle rare. Ils auraient préféré la crèche car une assistante maternelle c’est : contrat, bulletin de salaires, calculs des indemnités d’entretien et de repas, gestion des congés payés et arrêts maladies… On leur apprend aussi qu’ils ont le droit à une aide « Complément libre choix du mode de garde : embauche directe d’une personne ».  Libre choix du mode de garde ? Pourtant ils n’ont jamais choisi d’être « parents employeurs ». Ils gagnent bien leur vie, l’aide sera de 171 € par mois sur les 880 € de gardes et 260 € de cotisations patronales (425 € d’aides), soit aides déduites un total de 969 € par mois à sortir. Une déduction fiscale leur sera gracieusement offerte l’an prochain de 1150 € soit 100 € de moins par mois. C’est toujours mieux que rien.

Donc, pour résumer Stéphanie et Antoine ont comme dépenses contraintes : un loyer (1100€), une nounou (850€ toutes déductions faites) et environ 300 € d’impôts sur le revenu soit un total de 2250 €, l’équivalent de 50 % de leurs revenus. Si vous ajoutez à cela les impôts locaux, les factures internets, téléphones, transports ; eux les bobos aisés ne sentent pas si aisés que cela. Plus question de sortir à deux ou sinon exceptionnellement, ils privilégient désormais de sortir l’un sans l’autre, l’autre pouvant garder le jeune Louis. Une baby-sitter, ajoutée au coût d’une soirée parisienne, n’étant désormais plus dans leurs moyens. Ils vivent moins bien que leurs parents et ne sentent plus vraiment bobos mais pas encore prolos. Autour d’eux, beaucoup de gens sont plus à plaindre, des copines à mi-temps forcés, un ami resté en province responsable méthode en usine à 1,5 SMIC… Ils en ont juste un peu marre d’être vu comme ceux qu’ils ne sont pas ou plus.

Alors quand ce matin, Stéphanie et Antoine, en prenant leur petit-déjeuner, ont entendu le député Gérard Bapt expliquer que les allocations familiales favorisent les familles les plus aisées (revenu > 53000 € / an – ) et particulièrement ceux faisaient le libre choix du mode de garde, ils ont bondi. Non seulement, le terme de « libre choix du mode de garde» est galvaudé parce que jamais ils n’ont choisi ce mode de garde, ils auraient vraiment préféré une crèche, tant pour les projets éducatifs que l’atout de voir leur fils au milieu des autres enfants, mais en plus ils ont fait le calcul : cette réforme leur coûterait a minima 350 € par mois en plus. Ce qu’ils reprochent aussi, ce n’est pas tant la conditionnalité des aides mais l’inégalité de traitement. Si au lieu de faire des économies de clopinettes, on donnait du sens et on créait un service public de la petite enfance avec un coût qui dépend du revenu mais identique quel que soit le mode de garde ? Serait-ce si compliqué ? N’est-il pas scandaleux d’avoir un traitement différencié entre ceux qui ont la chance d’avoir une place en crèche et les autres ? Gérard Bapt ne serait-il pas l’idiot utile de la droite en bloquant toute vraie réforme par une provocation stupide, se demandent-ils ?

En attendant vivement l’école maternelle (publique, gratuite et laïque), Antoine rouvrira son livre de chevet le Diable Rouge, d’Antoine Rault, et tombera sur ce passage :

  • Colbert : Pour trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou.
  • Mazarin : Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l’État, l’État, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.
  • Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
  • Mazarin : On en crée d’autres.
  • Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.
  • Mazarin : Oui, c’est impossible.
  • Colbert : Alors, les riches ?
  • Mazarin : Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres.
  • Colbert : Alors, comment fait-on ?
  • Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage ! Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches. Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres ! C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux-là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser. C’est un réservoir inépuisable. »

Stéphanie et Antoine avaient envie d’un second, ils attendrons.

Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

En complément  Pour une politique familiale vraiment universelle de Camille Landais.

Publicités

24 réflexions sur “Complainte d’un bobo qui voulait une crèche

  1. C’est débile : ils ne sont pas concernés. Faut apprendre un peu l’impôt sur le revenu, on utilise le concept de part en France : eux, ils en ont 2,5. Donc un revenu de 21 600 euros.
    Complétement nul. Saoulant de nullité.

  2. Enfin en même temps, si Louis est leur premier enfant, ils n’ont pas du tout droit aux alloc, puisqu’elles commencent avec le deuxième enfant. Ca ne changera donc pas tellement leur vie, pour le moment, non ?

  3. @ Isabelle : Bapt parle des seuils de la Caf qui sont (un peu) pondérés par le nombre d’enfants et ne fonctionnent pas sur le modèle des impôts.
    je suis juste au dessus de ces seuils et je fais bien la différence avec le calcul des impôts…

    pour le reste, je partage globalement et j’ajoute qu’à mon avis la dépense publique globale serait diminuée par un politique volontariste en faveur des crèches, qui devraient être le lieu d’accueil quasi automatique des enfants, à partir de 10 mois par exemple…

  4. Article consternant. D’abord, la garde chez une assistante maternelle qui garde plusieurs enfants et pas seulement le petit Louis, ne coûte pas ce prix-là ! Ensuite, avec un enfant, les alloc familliales c’est moins de 20 euros, on parle de quelle perte là ? Re-ensuite, le couple de Bobos en question est sous le seuil évoqué par Bapt, donc pas concerné, hors-sujet. Les impôts locaux pour des locataires c’est quoi ? la Taxe d’habitation. Quand on habite Montreuil pour payer des loyers moins chers, on peut payer un petit peu de taxe d’habitation pas méchante pour les chômeurs nombreux de la ville, non ? Pour finir, prendre la défense des allocs familliales des plus riches, c’est pas un bon combat.

    • Si ça ne coûte pas ce prix, je me fais rembourser auprès de qui?
      D’autre part, vous mélangez allocations familiales et aide complémentaire puor le mode de garde à domicile ou chez une assistante maternelle.
      Enfin, vous n’avez pas compris le sens de l’article.

  5. Si cela peut vous consoler, j’ai eu des places en crèche et à revenus égaux, je paie à peu de choses près le même prix chaque mois… auquel j’ajoute la baby-sitter (déclarée) à partir de 18h, car à cette heure-là, impossible de partir du travail. Certes, la crèche est un super mode de garde pour les enfants et rassure les parents, mais il ne faut pas croire que ça coûte moins cher, puisque on paie en fonction de ses revenus… ce qui est bien normal!

  6. et oui, on parle de classe moyenne là!!! que ce soit impôt ou alloc, il faut payer, les riches s’en fichent et les moins riches, ils ne payent pas d’impôts……
    toujours payer plus, sans regarder le fond, problème apolitique et jamais résolu, il y a peut-être des choses à changer avant d’imposer, qu’on soit de gauche ou de droite.
    juste au-dessus de la basse classe moyenne, bac+6 et petit salaire, on ne s’en sort pas mieux avec 1 place en crèche et à la campagne, parce qu’à la maternelle faut payer cantine et garde, en fonction du salaire, donc on en revient au même………
    ne pas regarder que son nombril, mais il chatouille de plus en plus notre nombril.

  7. J’ai bien l’impression que les quelques commentaires sont fait par des personnes qui ne comprennent effectivement pas le sens de l’article et ne savent pas de quoi il retourne.

    @Non et non : une nounou peut effectivement coûter ce prix là quand bien même elle garde plusieurs enfants. Tout dépend de deux choses :
    1 – du nombre d’heures par jour, des heures supplémentaires majorées ou non
    2 – du dépassement d’un salaire journalier supérieur à 5 SMIC, qui en cas de dépassement exclu automatiquement de la prise en charges des cotisations sociales par la CAF, et qui sont donc dues par le particulier employeur.

    J’ai effectivement vu une grande différence avec ma fille gardée en collectivité contrairement au premier qui a été gardé exclusivement par une nounou, pas seulement sur le coût qui est dans mon cas quasiment divisé par deux, mais aussi toute la paperasse et les tracasseries qui vont avec en moins. Je parle ici de tous les risques liées à une possible erreur comme la procédure de licenciement qui n’est pas une chose aisée et pourtant nécessaire quand l’enfant rentre à l’école par exemple. Et un autre point somme toute beaucoup plus important à mes yeux que l’aspect financier: la prise en charge dans les crèches amène l’enfant plus tôt dans la collectivité, ce qui l’aide pour son développement. Dans mon cas le premier a été gardé par une nounou très sévère avec ses préjugés ce qui a impacté le développement de mon fils (et les autres enfants gardés avec lui), alors que ma fille est gardée par plusieurs adultes donc avec moins de risques de ce côté là. Tout dépend du contexte et ceci n’est que mon expérience et celle partagée par d’autres amis.

    Et concernant les autres frais, ça va au-delà de la taxe d’habitation. Un enfant ça a un certain coût qu’on ne peut connaître avant. Ne serait-ce que les couches, les habits qu’il faut renouveler sans cesse et plein d’autres choses.

    Précision je ne me sens pas bobo mais je vis quelque chose d’assez similaire dans une autre banlieue parisienne avec des revenus du même ordre… Je partage entièrement l’avis, sauf que j’ai fait le choix pas vraiment raisonnable pour certain d’avoir un deuxième enfant alors que je suis endetté et que je suis bloqué dans un 57m2. Mais je le vis bien 🙂

  8. A côté de la plaque Lundi27. Moi c’est ce genre de réponse totalement en dehors des réalités qui me font sortir de mes gonds.

    Je suis exactement, mais alors à quelques euros près, dans le cas de l’article ci-dessus.
    Et je ne pense pas être le seul puisqu’autour de moi, dans mon travail, chez mes amis, c’est la même galère !

    J’aimerais savoir sérieusement OU SE SITUE LE CHOIX ? Non sérieusement, je ne vois pas…
    Je suis à Paris car le métier que j’aime, celui que j’ai choisi, ne se fait qu’ici. Idem pour ma femme. Je vis dans un 3 pièces dans Paris parce qu’avec nos horaires on perdrait en frais de nounou ce qu’on gagnerait en loyer.
    Alors le choix c’est quoi ? Partir en province pour gratter sur le loyer ? Partir pour gratter sur la garde ? Pour faire un boulot qui m’emmerde et moins bien payé ?
    Tout ça parce qu’ici, à Paris, rien n’est fait pour nous soulager financièrement, nous les jeunes familles moyennes ?

    Car c’est vrai, ici les mairies nous laissent juste nous démerder dans notre coin nous jugeant, à tord, trop privilégiés pour profiter de leurs services (publics).

    Du coup j’ai vu des tas et des tas de parents comme moi venir chialer dans les bras des nanas de la petite enfance pour avoir une place.
    J’ai vu des tas et des tas de parents flagorner, harceler voir corrompre des directrices de crèches pour qu’elles se souviennent d’eux le moment venu.
    J’ai vu des tas et des tas de modèles de lettres destinées au maire censées influencer le placement.
    J’en ai même un qui est allé jusqu’à prendre sa carte dans le même parti politique que son élu pour lui prouver sa dévotion et son engagement.

    Voilà où nous en sommes à Paris aujourd’hui. Pathétique non ?

    Parce que oui, ici, en 2012, avec 4500€ de revenus, on tire la langue.

    Et on veut nous sucrer nos allocs parce que nous sommes soit-disant aisés ?!

    A ce moment là Lundi27 à raison sur 2 choses.
    1 – Si on m’ajoute 350€/mois de garde, ça deviendra alors plus intéressant pour moi de rester à la maison.
    2 – On attendra avant de faire le 2ème.

    A.

    PS : Nounous, votre vie en province vous ennuie ? Votre salaire ne vous suffit plus ? Venez à Paris, l’eldorado de la garde d’enfant ! Ici votre paye sera multipliée par 2 et en plus vous garderez des enfants bien habillés !

  9. Texte très étrange, très français.
    Vous savez que 2500 euro mensuels, ce n’est pas grand-chose, en plus à Paris, et on est déjà considéré comme bobo?
    La jeune génération accepte des salaires très bas, des loyers très élevés et pleure auprès de l’ « Etat » quand vient le temps des enfants. Ils ne votent pas vos exemples ficifs? En tout cas, ils ne réfléchissent pas. Les salaires sont beaucoup plus élevés en Suisse.
    Il suffit de faire une autre politique économique pour les que salaires augmentent et de construire des logements pour que les loyés baissent. Pour un Français, cela doit être un raisonnement trop compliqué.

  10. Je suis totalement solidaire! et OUI l’ass mat ça coute cher…
    Dans mon cas nous sommes aussi juste au dessus du seuil mais numérobis est déjà là, nous avons donc 2 enfants gardés chez l’ass mat…
    En détail:
    Mon mari gagne 2300€/mois, moi 2150 : nous sommes juste au dessus du fameux plafond.
    Nous avons 2 enfants de 2ans et demi et 10mois, tous les 2 gardés chez une assitante maternelle pour un cout mensuel de 1360€. Nous touchons 127€ d’allocations et 342€ de complément mode de garde (171€/enfant) plus la prise en charge des charges sociales (634€ non compris dans les 1360).
    Si l’on déduit cela de mon salaire j’arrive donc à 2150-1360+342+127= 1259€ mais mon impot est calculé sur les 2150 (normal).
    Passer de 127 à 64 ma foi, cela m’importe peu, même la suppression je peux l’entendre.
    Mais la réforme prévoit aussi de supprimer le complément mode de garde, ce qui voudrait dire 342+634= 976€ de moins par mois!
    On arriverait donc à 2150-1360+64-634=220, avec un impôt toujours calculé sur la base des 2150.
    Par contre si je m’arrête de travailler je toucherai le complément libre choix d’activité ==> Ne touchant plus de salaire nous retombons de fait dans la catégorie des ayant droits. Donc un complément d’environ 500€ en restant à la maison avec mes enfants plutôt que d’aller travailler. Et en plus nos impôts baisseraient considérablement. Je GAGNERAI plus à ne pas travailler! On marche sur la tête!

    Oui j’ai fait des études, oui je me suis donné les moyens de réussir, oui je pourrais gagner plus mais n’ai pas voulu sacrifier ma vie de famille pour faire carrière. Finalement ce gouvernement va me forcer à totalement sacrifier ma vie professionnelle et mettre mon assistante maternelle au chômage.
    Non, je ne dis pas merci.

  11. Ou comment devenir riche (bah vi, ce couple ridicule est riche, en tout cas selon la définition officielle) va passer à droite parce qu’il n’aime pas qu’on le taxe.

    Quand à la vraie classe moyenne (celle qui gagne 2500 à 3500 € par moi, soit 40-50% des français), elle se dit qu’à leur place, ils seraient bien content, d’être plus riche, d’avoir un appart aux portes de Paris, etc.

    Ah, et bosser dans la mode et dans l’évènementiel, c’est du culturel ?? non, c du bon gros capitalisme de base, pas de la création d’œuvre. Le jour où les robes de hautes coutures seront au prix d’une reproduction de tableau, d’un CD ou d’un livre, on en reparlera…

    Bref, ce (faux) couple est ridicule, et de toute façon était bien parti pour passer à droite…

  12. Très bon article. C’est fou de voir a qu’elle point les gens mélangent tout…(asst mat n’est pas une nounou, etc..).
    Je vous remercie de mettre des mots clairs sur cette situation dingue.

    Histoire de donner des chiffres à l’appui : Paris 14
    pas de place en creche
    Pas d’ass mat
    Reponse de la PMI => « Prenez un congé parentale mademoiselle » (je suis Ingénieure, seule femme de mon équipe)

    Nounou en garde partagé:
    Salaire de 882, 65 Eur
    Au black : 41.5 Eur /mois (maintient de la loi TEPA sinon la nounou aurait eu une baisse de salaire)
    L’ursaff prélève : 300 eur (les cotisation sociales se montent à 600 eur)
    La Caf nous verse : 170 eur (complement libre choix de garde)

    frais de garde: 1224.15 eur – 170 eur = 1054.15

    Temps par mois pour gérer les contrats, les modification de la loi, les calculs jour effectifs, RTT (et oui), les augment etc.. = 2h
    et l’angoisse permanente de faire une erreur et de passer au Prud’homme.

    L’année prochaine j’aurais la possibilité (sauf modification de la Loi) de profiter d’un crédit d’impôt (plafond 12 000 eur).

    On pourra alors considérer que l’on dépense environ 600 Eur /mois pour la garde.

    Si on enlève le Complément libre choix de garde : 1524 Eur/mois

  13. Je ne suis pas forcément d’accord avec tout l’article : déjà, on ne choisit pas une assistante maternelle par « défaut », ce doit être un choix de mode d’accueil, par son côté familial et individuel, adapté à chaque enfant. Tout le monde ne veut pas de « la chance d’avoir une place en crèche », c’est à dire, parfois, un établissement de 60 enfants qui mangent à heure fixe (11h15), dorment à heure fixe et jouent à heure fixe. La crèche est l’équivalent d’une colonie de vacances subie non stop pendant 3 ans, où les enfants ne sont jamais seuls… Donc attention, ce mode d’accueil n’est pas que le paradis sur terre pour nos bouts de chou. Une assistante maternelle aura le bénéfice d’accueillir les enfants en respectant leur rythme et en s’adaptant à leurs besoins (encore faut il trouver la perle rare au milieu de celles qui sont orientées par défaut par pôle emploi, mais c’est un autre débat…). Ensuite, le côté employeur : OUI employer une assmat est difficile, mais ça le devient bien moins en allant au Relais Assistantes Maternelles qui fournira les papiers et explications nécessaires. Ca enlève une sacrée épine du pied ! On ne choisit pas un mode d’accueil selon la difficulté de procédure (être client d’une crèche ou employeur d’une assmat) mais en fonction de nos attentes éducatives. La pire des situations étant celle décrite dans l’article : le choisir par défaut d’en avoir un autre. Je peux raconter facilement la fin de l’histoire, une assmat choisie par défaut arrivera rarement à gagner la confiance des parents et le contrat pourra se rompre. Par rapport au salaire (880 euros par mois), c’est bien moins en province, aucune assmat ne gagne autant ailleurs que dans les immenses villes. En général c’est entre 300 et 500. Mine de rien, c’est pas cher payé pour participer à l’éveil d’un enfant parfois jusqu’à 50 heures par semaine.

    • Pantoufle, il n’y a pas de place ni auprès des ass mat ni creche dans le centre de paris.
      Donc avoir une nounou ce n’est pas un choix.
      Et tout les beaux discours du éducations des enfants, c’est pour les familles qui ont la possibilité de choisir.

      Moi c’est nounou ou congé parentale (parole de la PMI..Sic !)

      On pourrait évidement dire, qu’on est sur terre pour faire des enfants et que l’on devrait se sacrifier entièrement a eux… et qu’en tant que femme je devrais m’épanouir de cette façon mais la pillule a un peu du mal a passer.

      Évidemment les enfants passeront toujours en premier, mais encore une fois, gérer un contrat d’ass mat ce n’est pas comme une crèche et alors je ne parle pas du contrat d’aux. parentale (tiens, le rappel du dixième du salaire..ça vous dit quelquechose?) avec la trésorerie que cela engendre.

      Heureusement qu’ils y aussi un interet a avoir une aux. parentale..sinon, j’arrête tout de suite de travailler.

      conclusion : la france = paris + desert

  14. bonjour,
    cet article et fort intéressant et met clairement en évidence notre besoin de s’épanouir d’abord par le travail.
    Pour beaucoup, le fait d’avoir un enfant s’inscrit dans une image sociale qu’il faut atteindre pour « faire bien » ou est l’amour et le don de soi sans rien attendre en retour dans tout ça? (tout le monde sait qu’un enfant est ingrat) mais c’est un vrai projet de vie que de décider d’en faire. Si vous ne comprenez pas cela, de mon point de vue, vous n’avez rien compris!
    le système est loin d’être parfait, mais aujourd’hui beaucoup de parents oublient nettement qu’il faut prendre le temps nécessaire pour élever un enfant. (cela n’implique pas de les surcouver). Frocément à un moment donné un des deux parents au moins doit se dégager du temps pour remplir son rôle de « guide » comme il se doit. Les fringues, les sorties tout ça est bien superficiel, et on s’en fout! on peut s’épanouir de plein de manière alleur qu’à Paris !!!! soyez imaginatifs!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s