Mediapart vs. Cahuzac: les dessous d’un scoop.


téléchargement

Les différents articles de Mediapart nous ont démontré que Jérôme Cahuzac était coupable. Il est chirurgien pour les poils -enfin les cheveux- il habite les beaux quartiers de Paris, il a conseillé les grosses méchantes entreprises pharmaceutiques: il est donc riche et donc comme tous les riches, il a compte un compte suisse qu’il a caché au fisc français dont maintenant il est le chef. Je suis même sûr qu’un jour ils prouveront que l’annulation par le Conseil Constitutionnel de l’impôt à 75% est un coup monté de ses services pour mieux protéger ses clients-amis milliardaires. Cliquez ici et vous verrez la presse Suisse -tiens donc, comme par hasard- parler des cheveux de l’ami de Jérôme Cahuzac, Silvio Berlusconi (bah oui selon Pinçon-Charlot et Mediapart les riches ont des amis riches). Comme par hasard, ces photos datent de 2010 quand Jérôme Cahuzac était soi-disant en Suisse pour fermer son compte. En fait il opérait son ami. Le résultat est brillant, n’est-ce pas? 

Mais revenons à Edwy Plenel et Fabrice Arfi, les Dupont et Dupond du journalisme d’investigation à la France Dimanche. Vous ne voyez rien de particulier, de commun, entre ces deux là? Allez, regarder et. Vous voyez maintenant: les poils sur le visage. L’un est moustachu, l’autre est barbu. Maintenant vous comprenez. Tout se met place dans votre tête. Tout cela n’est qu’une histoire de pilosité. Explication par l’image:

plenel

Que pouvons-nous constater? C’est très clair, la moustache d’Edwy Plenel touffue en 1994 diminue de volume en 2001 pour être quasiment invisible en 2011. A ce rythme là, dans quelques années Plenel ne sera plus Plenel car sans moustache.  Une seule solution pour le Tom Selleck du reportage: créer un journal en ligne, engager un journaliste poilu, contacter un chirurgien spécialisé dans le poil pour enfin ressembler à son idole.

plenelarficahuzactrotsky

Mais voilà en août 2011 -moi non plus je ne peux pas dévoiler mes sources- Jérôme Cahuzac rate l’opération du Michel Dejeneffe de l’éditorialisme 2.0. D’après mes sources, la moustache de ce dernier a fait un rejet des poils de Fabrice Arfi. Le chirurgien n’y pouvait rien mais le journaliste bacchanté ne s’en remettra jamais et vouera aux gémonies le futur ministre.

La suite, vous la connaissez: Voyant le sublime résultat de l’opération de Silvio Berlusconi réussit –quoi les dates ne correspondent pas?– ED l’épicier de Mediapart tentera par l’entremise de son ami barbu à se venger du ministre du Budget.

Quel gâchis me direz-vous! La moustache de Plenel n’est bientôt plus et Jérôme Cahuzac n’aura plus la force ou le poids nécessaire pour partir en guerre contre la finance, les banques…  Pour conclure, paraphrasons Clemenceau « Le journalisme ! C’est une chose trop grave pour le confier à des journalistes. »

Ce billet était sponsorisé par le:

paris_moustache_club

PS: Je ne suis pas un blogueur de gouvernement et je ne défends pas Jérôme Cahuzac mais moi au moins, je respecte la présomption d’innocence.

Publicités

9 réflexions sur “Mediapart vs. Cahuzac: les dessous d’un scoop.

  1. Et le côté hirsute de l’auteur de l’article, il ne vous interpelle pas ?? Pourquoi l’auteur ne révèle-t-il pas (nous avons nous aussi des sources sûres et un enregistrement secret sur bande magnétique) que le dr. Cahuzac lui a planté sa tignasse pour prix d’un certain nombre de barres de Tobleronne déposées dans un coffre de l’IOR (la banque du Vatican)? Trop facile de s’en prendre à ce qui reste de moustache de M. Plenel… Surtout en invoquant, en fin d’article, la plus belle moustache de tous les temps…

  2. Pour mémoire, dans l’affaire Cahuzac, l’enquête de Mediapart nous permet d’affirmer:

    – que le compte suisse non déclaré, ouvert à l’UBS de Genève, dont l’ayant droit est Jérôme Cahuzac a été ouvert au début des années 1990, après son départ du cabinet du ministre de la santé où il s’occupait, jusqu’en 1991, de la pharmacie, donc des médicaments;

    – qu’à cette époque, Jérôme Cahuzac a changé d’orientation professionnelle, ouvrant d’une part une clinique d’implants capillaires (activité peu sophistiquée mais très rémunératrice) et d’autre part un cabinet de conseil dont le monde du médicament fut la clientèle;

    – que fin 2000, lors d’une conversation inopinément enregistrée avec son gestionnaire de fortune, Hervé Dreyfus, Jérôme Cahuzac a lui-même évoqué ce compte suisse non déclaré à l’UBS, confiant son embarras lié à son existence et s’en inquiétant dans la perspective de la campagne électorale qu’il devait ensuite victorieusement mener, en 2001, pour la conquête de la mairie de Villeneuve-sur-Lot;

    – que, indépendamment de l’origine de cet enregistrement, plusieurs sources nous ont permis d’identifier avec certitude les deux protagonistes de cette conversation, d’une part M. Cahuzac, dont la voix est reconnue par des proches, d’autre part son gestionnaire de fortune;

    – que le premier détenteur de cet enregistrement, Michel Gonelle, avocat, ex-batonnier du barreau d’Agen et ancien adversaire politique de Jérôme Cahuzac, s’est depuis fait connaître, y compris auprès du directeur adjoint du cabinet du président de la République, un préfet de sa connaissance, et qu’il a fait savoir publiquement qu’il était prêt à attester de son authenticité devant la justice, et à la justifier en expliquant les circonstances durant lesquelles il l’avait obtenu;

    – que ce compte suisse non déclaré à l’UBS a été fermé en février 2010 par Jérôme Cahuzac, lors d’un déplacement à Genève où il s’est rendu lui-même, juste avant de prendre ses fonctions de président de la commission des finances de l’Assemblée nationale;

    – que les avoirs financiers déposés sur ce compte ont été alors déplacés vers un autre paradis fiscal, Singapour, où ils sont suivis par un chargé d’affaires d’UBS sur ce territoire, Marc D. (nous connaissons son patronyme complet);

    – que les revenus et patrimoines de Jérôme Cahuzac ont fait l’objet, dans le passé, de soupçons d’insincérité par un agent des impôts et font l’objet, aujourd’hui, de vérifications approfondies de la part de l’administration fiscale.

    Voilà: des faits, des dates, des noms, des lieux, des témoins, une chronologie précise, des protagonistes identifiés, une pièce authentique qui contient un aveu… Autrement dit, une enquête qui dévoile des faits d’intérêt public dont une démocratie normale – ses parlementaires, son gouvernement, ses magistrats, ses journalistes, etc. – devrait évidemment se saisir tant ils concernent l’éthique des fonctions ministérielles et, plus largement, la vertu républicaine.

  3. A « Easy » : depuis quand prétendre détenir des preuves est-il prouver ? Ce n’est donc que ça le journalisme d’investigation ? Un peu comme Me Collard, naguère : j’ai la liste des noms dans cette enveloppe !!

  4. Comme quoi, même toi qui prétend tenir un blog ouvert etc…, dès que quelqu’un développe quelque chose qui va à l’encontre de tes idées et de ce que tu écris, tu ne peux t’empêcher de répondre comme un con un « merci Colombo », digne de la répartie passée de Nicolas Sarkozy, qui montre que tu ne connais pas ton sujet, que tu ne serais pas capable d’en débattre mais poste quand même là dessus et de plus, montre que tu es de très mauvaise foi.
    je suivais ce blog parce que je te pensais assez distant pour ouvrir des débats si jamais ils se présentaient, en fait tu veux juste qu’on te lise et se taise. C’est navrant mais au moins écris le dans ton en-tête, assume le : blog partial, tout commentaire contre l’avis de l’auteur sera traité comme s’il avait été écrit par un autiste…

    • Un blog ouvert valide les commentaires (excepté les racistes, homophobes, antisémites…) , ce que je fais maintenant.
      Merci pour le con / Sarkozy…
      Mon blog est évidemment un blog partial, subjectif et militant (au sens noble du terme).
      Ensuite, concernant Mediapart et Plenel, mon avis s’est résumé récemment en un (bon) mot: « Mali, Cahuzac, Roswell, le Saint Graal, la mort de Kennedy: Heureusement que Edwy Plenel et Mediapart détiennent LA vérité. »
      Sur Cahuzac, je n’en sais rien mais je crois en la présomption d’innocence comme toi non? La justice jugera.

  5. D’accord avec vous! Les journalistes… Moooon dieu…
    Chaque fois que j’ai été interviewé (professionnellement), chaque fois que j’ai lu un article sur un domaine que je connaissais, j’ai été consterné.Alors, je n’ose pas imaginer ce que ça donne sur les domaines que je ne connais pas… 
    Quant à Mediapart, ils ne m’inspirent aucune sympathie, même si l’affaire Cahuzac me laisse froid.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s