Faut-il pendre Jean Nouvel?


Jean, tu me fais chier. Tu me fais chier parce que comme tu es le plus médiatique des architectes français, c’est toi qu’on invite, qu’on convoque, qu’on reçoit quand on veut parler d’architecture. Tu es donc sensé à la fois défendre ton travail (c’est bien le minimum) mais aussi, par ton aura irrésistible et ton charisme indéniable, tu es sensé nous représenter, nous les modestes architectes: tu sais ceux qui ne sont ni cités par les élus lors des inaugurations ni cités dans les articles du Dauphiné Libéré ou de l’Echo Républicain lors de la présentation de notre petite construction de salle des fêtes à 1,7 millions d’euros.

Savais-tu que tous les jours, nous subissons les procès en incompétence des entreprises ou en mégalomanie des élus parce que, d’une part, on ne sait pas la hauteur et largeur du bande soline et d’autre part, le fait de défendre face au maître d’ouvrage du carrelage plutôt que le linoléum dans une salle de bain est considéré comme un caprice d’architecte…

Savais-tu que tous les jours sur les chantiers (moi c’est le mercredi, comme je vous le racontais ici), on nous demande de ne pas dépasser de plus de 5% le coût du marché global du chantier sans risquer une pénalité et ce même si l’étude de sol était naze et que finalement, l’élu aura préféré au dernier moment un enduit à la chaux qu’un enduit plastique.

Alors cher Jean, oui tu fais chier, car quand je lis dans le Point (enfin un article en ligne, je n’achète pas ce torchon raciste) ou dans le rapport du sénateur Yann Gaillard, que ton projet superfétatoire (je te rappelle au passage sans qu’aucun des huit architectes présents au jury n’a voté pour ton projet jugé dispendieux, voire éliminatoire en regard des règles du concours) de la Philharmonie de Paris a un surcoût estimé entre 40% et 123% (soit tout de même entre +110,5 millions d’euros et +213,5 millions d’euros de travaux supplémentaires), je me dis que ce n’est pas surement toi demain qui aura des problèmes à retrouver des contrats mais que nous tous, architectes-artisans devrons pâtir de ton incapacité à sortir de ta Porsche parce que ta tête ne passe plus. Extrait du rapport du Sénat: « Tout se passe comme si le geste architectural et le perfectionnement technique du projet avaient primé sur une stricte et économe définition des besoins réels.»

Je t’explique:

Sais-tu que demain quand un élu critiquera le coût de l’architecture, c’est ton projet qu’on citera comme l’exemple évident de ce surcoût que représente l’architecte en période de crise.  Ne t’inquiètes pas pour ton agence: toi le starchitecte sera épargné qui plus est, tu t’en fous du petit projet de 12 logements à 2,1 millions d’euros qui nous, nous fait vivre.

Tu t’en fous, tu continueras à te la couler douce entre ton loft parisien avec piscine et ta maison sur la French Riveira à être le DA (directeur artistique) de logements pour milliardaires en Italie (tu sais ces projets qu’on ne voit jamais sur ton site et que tu caches mais que tu reconnaîtras sur la photo ci dessous).

Tu t’en fous, tu continueras à discuter avec Unibail de la ville durable, comme si on parlait régulation du marché financier avec Goldman Sachs, tu continueras à ne pas savoir construire des piscines au Havre, des tribunaux à Nantes, des opéras à Lyon ou des logements à Mulhouse… De toutes façons, tu me diras, ce n’est pas de ta faute, ce sont les entreprises les coupables. Mais ça commence à faire beaucoup, non? Ce n’est pas le tout de se casser après les photos…

Enfin et pour revenir à ton projet de la Philharmonie de Paris, il faut savoir que le coût supplémentaire (ton talent, lui c’est juste 15 millions d’euros et 1,8 millions d’honoraires) représente l’équivalent de la création de 1000 à 2000 logements sociaux (règle de 3, je te laisse vérifier). Je sais que beaucoup trouveront cet argument poujado ou populiste: si vous voulez mais je m’en fous. A titre personnel (et évoqué dans le rapport du Sénat), j’ai tendance à croire que (contrairement à ce que peut penser Terra Nova -tiens encore eux-) le XIXème arrondissement (entre la Cité de la Musique, le Zénith, la Cité des Sciences (plus de 25% de la surface est inutilisée) , les Halles de la Villette) avait plus besoin de logements sociaux que d’une salle de concert supplémentaire. (Ça Jeannot, tu n’y peux rien, je le reconnais.) Les pauvres mal-logés auront quand même la joie de pouvoir admirer de leurs tentes Quechua, ton oeuvre: cette «façade tourbillon» en inox haute de 37 mètres, ce «bâtiment géographie», cette «colline», ce «soulèvement de métal» … Ils ne te le disent pas mais ils te remercient, crois moi. Avant, tu luttais contre l’Ordre des architectes de Pétain maintenant c’est toi qui tient le bâton de maréchal de l’architecture mondialisée. Shiloh Nouvel (l’hommage de Brad Pitt et Angelina Jolie à ton génie) te regarde. Un jour, tu devrais t’arrêter de gesticuler et te poser la question: « Suis-je capable de faire une architecture de qualité, économe et populaire? » Tu auras le reste de ta vie pour y répondre.

Je sais que tu ne me répondras jamais: tu n’as déjà pas le temps de passer sur tes chantiers alors répondre à un petit architecte surement jaloux qui tient un mini-blog… Je sais aussi qu’on pourra toujours arguer le fait que je ne suis pas très confraternel mais je crois que c’est toi qui a commencé, tu ne crois pas? Essaye de penser à nous de temps en temps. Enfin, pour répondre à la question de l’article: « Faut-il pendre Jean Nouvel? », je ne crains qu’au final, à force d’être pendu (je ne suis ni le premier ni le dernier à le faire), Jean, c’est quand même toi qui bandera le dernier. Merde.

A lire:

Interview de P. Trétiack et auteur «Faut il pendre les architectes?»  http://www.aroots.org/notebook/article178.html

La philharmonie de Paris, un cas d’espèces ? http://www.lecourrierdelarchitecte.com/article_2302

La Philharmonie de Paris, coûte que coûte. http://next.liberation.fr/musique/2012/11/07/la-philharmonie-de-paris-coute-que-coute_858876

PS1: Pendant ce temps là, à la fin du mois de novembre, la librairie du Moniteur fermera ses portes.

http://www.lemoniteur.fr/159-culture/article/actualite/19381453-le-groupe-moniteur-annonce-la-fermeture-fin-novembre-2012-de-sa-librairie-specialisee-place-de-l-ode

PS2: Aujourd’hui, c’est mon anniversaire, je me suis lâché.

Publicités

49 réflexions sur “Faut-il pendre Jean Nouvel?

  1. Entièrement d’accord.
    Une profession se meurt, poussée dans le précipice par quelques « magnats »
    Nouvel n’est malheureusement pas le seul ; palme d’or ?

  2. Au nom de tous les oppressés, les gratteurs de fond d’agence, les rats d’algéco frigorifique, les concepteurs d’APS-DoE, merci!! Un beau manifeste bien argumenté, écrit d »une plume qui raye la banche: bravo.

  3. Applaudissement des deux mains, des deux pieds, acquiescement !
    total et le PIRE est à venir, avec le plan qu’il nous prépare à Boulogne.
    N’en jetez plus, mettez le à la retraite PAR PITIE
    Manuel C

  4. Pingback: RAGEMAG
  5. Merci pour ce bon coup de gueule !
    Nota : plutôt que le bouquin Faut-il pendre les architectes, dont je trouve la contenu scandaleusement en faveur des archistars, je citerais plutôt Design et crime de Hal Foster et Contre l’architecture de Franco La Cecla

  6. On pourrait aussi ajouter le projet du château La Dominique (Fayat) à Saint-émilion, qui reflète le vignoble et se réfère au travail d’Anish Kapoor au prix d’une estimation de 10 Millions… Ce genre de prouesse assassine le vigneron paysan qui fait son vin de terroir dans son chai en pierre du pays pour le règne de l’homme d’affaire (moderne) qui fait du vin marketing, bling bling… l’Architecte du XXIème est-il un honnête Homme responsable? je ne le crois pas….
    http://www.chateau-ladominique.com/ pour voir la (belle) image
    http://www.chateau-ladominique.com/wp-content/uploads/2012/03/2012-09-111961@SUD_OUEST.pdf pour lire l’article

  7. Je ne suis pas sûr que le fond de l’article soit juste ! Parler de cet homme comme représentant de notre profession, c’est une grave erreur. C’est d’abord, et il faut le dire, un TRÈS MAUVAIS architecte ! Citez moi un seul beau projet de lui… Ce ne sont pas quelques fantaisies mal dessinées, avant tout volées aux autres et dans les revues de papier glacé qui font un architecte.
    Le paradoxe est alors de plutôt de se demander pourquoi le plus mauvais architecte devient la plus grande « starchitecte »? Là nous sommes au fond de la question, énoncée par Guy Debord dans « La société du spectacle »… Les architectes vils, mauvais et veules sont encensés par le système économique (et politique) à l’œuvre…
    Si nous, nous sommes architectes, parlons d’architecture; la différence sautera aux yeux!

  8. « cher Jean, oui tu fais chier, car quand je lis dans le Point (enfin un article en ligne, je n’achète pas ce torchon raciste) »

    Je me suis arrêté là.

      • Oui, l’allusion au Point n’était pas indispensable. En revanche, l’article est un cri – très bien crié – partagé par une grande partie de la profession sans tribune. Il est temps qu’elle ouvre enfin sa gueule, informe, ré-informe le quidam sur la mécanique infernale dans laquelle est entrée ce ci merveilleux métier.

    • Votre analyse est totalement fausse (sic!). Il n’y a pas plus jaloux que John News qui vole à tout va aux artistes dont on parle ou à ses confrères qu’il veut dominer! Vous devriez réfléchir à la « jalousie », phénomène exacerbé et sur-développé dans cette société marchande à laquelle il se plie volontiers. Sa soif de domination n’est qu’un pansement pour cacher cela et prétendre dominer cette névrose. Mais dominer n’est pas résoudre, au contraire.

  9. Bonjour,
    Votre article est tres inquiétant au regard du XXI eme siècle bien entamé.. De qui étes vous le représentant pour à ce point fantasmer en la personne de jean nouvel le bouc émissaire d’ un métier? Vous opposez. Jusqu à sa rémunération comme autant de logements sociaux non construits.
    Vous vous trompez de combat. le monde, les politiques publiques d’aménagements du territoire, dans la critique et le projet ne peuvent plus entendre lire les arguments et fausses assertions que vous déployez dans cet article sous couvert littéraire et pour le mieux « humour »
    L’architecture est un métier d’athlète , de convictions, et surtout ne peut etre de qualité sans culture partagée.
    Vous avez choisi votre humeur de pré carré pour défendre votre petite part de commande qui hélas vous échappe ce que constate les journalistes du dauphiné libéré en oubliant de vous citer . Soit.
    Votre discours me fait peur, car vous n’avez aucune distance ni dimension politique au sens premier du terme.
    Si un jour vous avez les pieds dans la boue de vos projets, vraiment n’oubliez pas de regarder les étoiles, celles qui nous rendent le merveilleux de participer au bien commun de part cette chance que nous (j’en suis) avons non pas d’être architecte mais de faire de l’architecture.

    • Quelle réponse arrogante, bien dans la veine des bobos architectes qui peuplent notre pays! Oui, Monsieur, il y a un lien direct entre les « petits » architectes qui manquent de commande et les fats architectes qui se repaissent d’argent public ou de promoteurs privés, qui bétonnent à tout va, qui ne savent même plus ce que c’est l’ « architecture », et qui ont réduit le métier au design pour décideurs, politiques ou économiques…
      Vous voulez remettre à l’ordre du jour la « politique » au sens premier du terme! Soit, mais vous défendez le contraire! La politique au sens premier est l’affaire de tous les citoyens: demandez leur ce qu’ils pensent des architectes, et ensuite questionnez les de savoir s’ils peuvent se payer les services d’un architecte! Les monstres que vous défendez n’en ont cure de ces questions; ils ont choisi de se gaver de l’argent ponctionné aux habitants, sans leur avis…
      Quant à leur demander de parler d’architecture, ce n’est même pas la peine…

      • Oui, merci Sigmund, de commenter ce torchon écrit avec les pieds, dont on ne peut imaginer qu’il représente une seule seconde la profession… et fait douter qu’il puisse être écrit par un architecte. J’ai dû me frotter les yeux pour enfin croire lire ce dithyrambe de l’exception érigée en règle, et cette méconnaissance crasse des enjeux – politiques, justement – et des simples réalités vécues par 90% des architectes, la leçon d’astronomie, le « pré carré » !!!! etc..Simplement surréaliste.

  10. Guy Debord… logements sociaux… gavage d’argent public…
    C’est ridicule de tout mélanger à ce point. Je ne vois pas en quoi JN est responsable des choix politique du XIXe arrondissement.
    Je trouve important que certaines décisions politiques soient irrationnelles en ce qui concerne la construction.

    • Monsieur JN est très exactement responsable de TOUT ce qu’il fait, des projets qu’il dessine, de leur dépense, des programme auxquels il répond! Ceci est d’ailleurs vrai pour chacun d’entre nous… C’est quoi « être responsable » pour vous? Peut être ne vous estimez vous pas responsable de ce que vous dites, aussi, et du coup vous vous permettez de dire n’importe quoi, histoire de contredire ! Cela vous fait exister?

      • C’est vrai… à quoi bon dépenser de l’argent publique dans des équipements culturels ? Montons des barres de logements sociaux dans le parc de la Villette pour célébrer le déclin de la société du spectacle. D’ailleurs pourquoi le parc de la Villette ? Pourquoi des espaces publics onéreux ? Le 104 ? Ce type d’équipement n’est pas rentable dans le 19e… A quoi bon déplacer les salles de concerts qui sont si bien dans le 8e ou dans le 16e…

  11. Moi j’ai une solution pour réduire les coups de l’architecture : on vire tout ces architectes aux vagues prétentions artistiques et l’on met à la place des ingénieurs, qui, eux, ont le sens des réalités. Et tant pis si ils nous font des trucs cubiques en béton et des villes façon URSS.

    Ou alors on reste comme ça.

    Lorsqu’on fait un métier d’une inutilité pragmatique et/ou factuelle, il faut accepter que y’ait des gens qui ont plus de moyens pour exprimer leur futilité (remplacez ce dernier terme par le mot « art », s’il vous gêne) que d’autres.

    Peut-être même que c’est ce qui caractérise un artiste : de ne pas avoir les pieds sur Terre, et de ne pas se laisser brider par les réalités matérielles, et les gémissements de tous ces pauvres gens qui hurlent à la lune leur absence de domicile face à une société laide et sourde. Oui, si l’on s’en soucie, alors… oui… on est bel et bien un pseudo-ingénieur incompétent, qui prétend faire des trucs un peu beaux.

    C’est, d’ailleurs, ce que la plupart des architectes sont. Tant pis pour eux.

    • C’est quand même marrant de toujours qualifier « d »artistique » le travail d’exigence qualitative que s’impose parfois l’architecte. La qualité des espaces, des matériaux, du bâtiment. L’architecte n’est pas exécutant, le maître d’ouvrage n’est pas non plus architecte. Le spécialiste de l’espace c’est l’architecte.

  12. Bien heureuse celle qui a partagé votre article sur facebook pour que je le découvre. Et désolée pour ceux qui prétendent à la jalousie de la profession, je ne suis pas architecte… (mais je bosse souvent avec eux).
    L’analyse est pertinente, la vraie question au fond restant la façon dont des types comme Jean Nouvel sont parvenus sur le devant de la scène. Projets pharaoniques mal conçus, mégalomanie narcissique au détriment de l’intégration culturelle et urbanistique des projets… le tout en brassant des millions – budgets avec lesquels la masse des architectes seraient tout aussi capables de donner vie à de somptueux projets.
    Traiter de jaloux ceux qui critiquent Nouvel, c’est un peu comme dénigrer des citoyens se plaignant des énarques… qui n’ont jamais brillé par des compétences supérieures. D’ailleurs, l’ENA est jugée vieillissante et à réformer (toute analogie avec Nouvel est… je me tais).
    Finalement, le seul génie de Jean Nouvel, c’est d’avoir su se vendre en début de carrière pour atteindre le point de bascule et se faire connaître. Les médias ont fait le reste (les élus voulant se faire mousser, c’est tout ce qui compte). Parce que côté design et respect du maître d’ouvrage, on repassera. Il y a des milliers d’architectes dans l’ombre, bien plus capables. Je vous rassure, bien des citoyens en ont conscience – ce qui les rend d’autant plus furieux face aux dépenses des villes pour des “oeuvres” de Nouvel.
    Ravie finalement de constater que bien des archi ne sont pas dupes.

    • Cet article m’a laissé un petit goûr amer, il doit être trop fielleux. Certes, on peut s’interroger sur la responsabilité de Nouvel sur ses conceptions, voire sur son éthique créatrice (ah bon, il pompe les bonnes idées ?), mais voilà, il s’est spécialisé dans les ‘gestes architecturaux’ si chers à certains de nos élus et c’est son choix.
      Si les commanditaires auxquels vous semblez être confrontés confondent cuisine gastronomique et restaurant d’entreprise, à qui la faute ? A Gagnère ou à la Sodexho ? Et on peut toujours dauber les étoilés Michelin, mais à quoi sert de leur reprocher de ne pas vouloir faire de sandwich SNCF ?
      .
      Ca m’évoque un autre cas de profession qui elle aussi dispose d’un Ordre, celle des médecins. Remplacez architecte par thérapeute, logement social par médecine rurale, et Nouvel par, je sais pas, moi, Servan-Schreiber, et on a le même non-problème : une critique auto-centrée dont le résultat n’est, finalement, que de mettre en évidence des petits réflexes corpo.
      Quitte à critiquer, vous feriez mieux de tourner votre arbalète vers les élus et les grands décideurs… C’est quand même eux qui choisissent de transformer le Nord Est de Paris en Parc à thème, non ? Et qui vote le dépassement de budget ? Et qui dépose un recours pour nullité de procédure quand les règles sont ainsi bafouées ? Personne, et pas les architectes qui sont dans le jury si j’a bien compris….

      Petite précision : je ne suis pas architecte, je n’ai aucune admiration pour le travail de Nouvel, et le personnage m’est même plutôt antipathique. J’ai juste l’impression qu’on se trompe de colère.

    • Vous avez raison, Nouvel s’est vendu, et il a renoncé à toutes ses intuitions initiales qui étaient intéressantes… par exemple, il parlait d’un Corbu gros et gris au début…, maintenant il le considère comme son cher grand-père !
      Nouvel était intéressant, il ne l’est plus du tout. Maintenant, il ridiculise notre profession et finit de l’anéantir.

  13. Je ne suis pas architecte, je n’aime pas les architectes en générale, des mégalos, qui pensent surtout à la forme et pas à l’environnement, ni à l’espace de vie. Ce sont ces architectes comme Nouvel, Boffil et autres… qui m’ont déçue.

    …. jusqu’à ce que je découvre une expo consacrée à B. Tschumi, je dois dire qu’il m’a réconciliée avec ce métier.

    • Merci, Laure, pour ce beau message…
      Vous gardez les pieds sur terre, vous pensez, vous, au moins.
      Vous avez raison de ne pas confondre les nécrophages de l’architecture, ceux qui voudraient que rien n’existe après eux, … avec les véritables auteurs, penseurs, non démagogues.
      Courage, poursuivez vos réflexions; elles nous consolent.
      L’essentiel est de différencier, ce que vous faites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s