Vive la retraite: salauds de pauvres.


En feuilletant numériquement la presse  ce matin, je suis tombé sur cette brève dépêche:

« Près de 28000 personnes ont reçu une réponse positive pour profiter du «décret Hollande» qui permet à certains salariés de partir à la retraite à 60 ans, sans attendre l’âge légal de départ, selon la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine. Le décret, entré en vigueur hier, permet à ceux qui ont commencé à travailler à 18 ou 19 ans de partir à la retraite à 60 ans, sans attendre l’âge légal qui doit atteindre progressivement 62 ans. En 2013, 110.000 personnes devraient bénéficier du dispositif. Les salariés devront toutefois justifier de la totalité de la durée de cotisation requise, soit 41 ans ou 41,5 ans. Autre condition : avoir travaillé au moins cinq trimestres avant la fin de l’année civile des 20 ans. »

Une fois n’est pas coutume, je suis un peu fier du gouvernement et du président de la République. Je pourrais regarder, sans baisser les yeux, le conducteur de travaux (un ancien maçon) avec qui je travaille sur un chantier qui m’expliquait que « de toutes façons, les promesses, je n’y crois plus et je serais bien obligé de travailler jusqu’à mes 62 ans même si j’ai commencé à travailler à 14 ». Dans mon précédent article Les mains d’or, je vous parlais de ces ouvriers et de ces compagnons qui se lèvent tôt, qui malgré le froid glacial de l’hiver ou la chaleur accablante de l’été coulent du béton, peignent des murs et des plafonds et posent de la plomberie. La plupart d’entre eux ont commencé leur apprentissage à 14 ans dans le bâtiment, secteur d’activité qui présente le plus haut niveau de risque et qui déplore le plus grand nombre de décès et dont l’espérance de vie est la plus faible. Alors qu’ils partent à la retraite à 60 ans, ce n’est pas une nouvelle « Une victoire sociale » mais c’est un juste au retour à la normal bien mérité.

Je ne sais pas si la presse française a fait le pont ou si Google a déjà supprimé l’indexation des articles comme Libération ou autres mais vraisemblablement la plupart d’entre eux s’en foutent (à part peut-être le Nouvel Obs qui a interviewé des vrais gens). La question reste donc entière: Les pauvres et les ouvriers, ça ne fait pas vendre? Une promesse tenue sans couacs, ça ne mérite un article? Ou doit-on attendre la prochain couverture du Point « Ces salauds d’ouvriers privilégiés qui ruinent la France ».

Sans doute, avez-vous bien compris que je n’étais pas un blogueur de gouvernement (encore un moins d’opposition) mais force est de constater que -même s’il ne va pas assez loin pour une vraie réforme des retraites de gauche- le gouvernement a fait ce qu’il a dit, ne lui reste plus qu’a dire ce qu’il fait.

Publicités

3 réflexions sur “Vive la retraite: salauds de pauvres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s