Madame le ministre de la Culture, n’oubliez pas vos architectes.

Lettre ouverte à Madame le ministre de l’Architecture et du Patrimoine, Aurélie Filippetti. 

En 2012, à travers mon bulletin de vote François Hollande, j’ai modestement permis à la gauche de revenir au pouvoir et peut-être quelque part votre nomination au ministère de la Culture et de la Communication. Le retour de la gauche au pouvoir devait permettre, espèrais-je, la mise en place d’un politique de gauche dans ce ministère sinistré par 10 ans d’une droite gouvernementale rétrograde et réactionnaire. Plus d’un an après, je suis toujours dans l’attente de cette politique, notamment en ce qui concerne l’architecture. Depuis votre prise de fonction, je vous ai croisé à deux ou trois reprises, notamment lors du vernissage de la dernière session des AJAP ou encore lors de la remise du Grand Prix National de l’Architecture à Marc Barani en juin dernier. A ces diverses occasions, vous avez témoigné dans vos discours d’une certaine attention apportée à l’architecture, à sa place dans la Cité, au rôle fondamental de l’architecte… Bref, de belles déclarations d’amour mais toujours pas de preuves d’amour.

Avant d’aller plus loin dans cette lettre, je souhaitais revenir brièvement sur la place accordée par votre ministère à l’architecture ces vingts dernières années. En 1995, après un long passage par le ministère de l’Équipement, l’architecture revient à nouveau sous la tutelle du ministère de la Culture. En 1998, la gauche au pouvoir met en place la Direction de l’Architecture et du Patrimoine (DAPA). Dix plus ans tard, la droite supprime, pour des raisons tant idéologiques que bugdétaires, toutes les instances de concertations et de représentations enseignantes et étudiantes (CSEA, CCST…) et la DAPA est remplacée par la Direction des Patrimoines. Cette dernière n’étant plus administrée par des sachants (Barré, Arlot…) mais par un financier, c’est dire, désormais, tout l’intérêt porté au patrimoine et à l’architecture. L’architecture, quant à elle, n’est plus qu’un service noyé dans cette usine à gaz. Ce constat étant posé, j’espérais -et je n’étais pas le seul-  que votre arrivée au ministère allait changer les choses.

Cabinet. 

Pourtant, tout a mal débuté. Alors même que tous les grands ministres de la Culture avaient dans leurs cabinets ministériels un architecte (Christian Dupavillon, Patrice Mottini ou encore Patrick Bouchain), vous avez préféré nommer Romane Sarfati -non architecte même si cette dernière a quelques connaissances- au poste de conseiller à l’architecture perdu au milieu de la mode, du design et des arts plastiques. Comme si on l’on demandait à un journaliste d’être à la fois journaliste politique, sportif, économique et people. Un choix qui a laissé dubitatif de nombreux confrères architectes et qui s’avère un an plus tard après très discutable.

Enseignement.

Ayant longtemps été élu dans les instances précédemment citées (CCSEA, CCST…), j’osais espérer que vous mettriez fin à la politique managériale (RGPP) de la droite et que vous redonneriez à l’enseignement de l’architecture ses lettres de noblesse, notamment en récréant ces instances qui permettaient une véritable concertation inter-écoles ainsi qu’une vision globale des projets pédagogiques. Au lieu de cela, vous avez préféré nommer une concertation qui s’est traduite par le rapport Feltesse. Un rapport incomplet, trop vague et qui est resté, pour le moment, dans les tiroirs de la rue de Valois.

Communication.

Les réseaux sociaux peuvent aussi nous donner une idée de votre rapport à l’architecture. Ainsi, j’ai épluché les messages de votre compte twitter depuis votre prise de fonction en mai 2012. Certes, vous avez live-tweeté des inaugurations de réalisations architecturales contemporaines mais jamais, au grand jamais, le mot architecture ou le nom d’un architecte n’est mentionné dans vos tweets. Tous les jours en France, les architectes souffrent du manque de reconnaissance des élus, des maîtres d’ouvrages et des citoyens, en omettant de les citer dans votre communication, vous ne montrez pas l’exemple à tous ceux qui nous oublient.

Partenariat public-privé.

En 2003, votre prédécesseur Jean-Jacques Aillagon avait invité les 20 plus grands architectes français à débattre des ordonnances de partenariat public-privé. Un étudiant avait eu la chance et l’honneur d’être invité : votre serviteur. L’interrogeant sur le sujet et sur la place de l’architecture dans ce type de contrat, le ministre m’avait garanti que ces mesures dérogatoires n’étaient que limitées dans le temps et que les architectes seraient « respectés ». Dix ans plus tard, la gauche, vindicative à l’époque, utilise ces contrats néo-libéraux et ne donne pas l’impression de vouloir revenir sur ce que sera le grand scandale politico-financier des années à venir. Quant aux architectes, ils sont les grandes victimes de cette dérive.

Patrimoine.

Enfin, Madame le ministre, depuis un an, nous assistons à la démolition programmée de l’architecture du XXème siècle mais aussi du patrimoine classé et/ou religieux. Les exemples ne manquent pas : La halle du marché de Fontainebleau réalisée en 1942 par Nicolas Esquillan sera vraisemblablement rasée dans les jours à venir ; le siège de Sandoz réalisé par Bernard-Henri Zehrfuss avec des façades de Jean Prouvé à Rueil-Malmaison est en cours de démolition ; l’usine Famar à Orléans réalisée par Jean Tschumi attend d’être sauvée ; l’église de Gesté a été détruite illégalement et l’hôtel Colomb de Daunant à Nîmes datant de la fin du XIXe siècle inscrit au Monuments Historiques a subi le même sort. Dans tous ces cas, les architectes, historiens, critiques d’art n’ont pu compter sur votre soutien plein et entier.

A quelques heures des journées européennes du patrimoine 2013 (l’architecture d’aujourd’hui, c’est le patrimoine de demain), je vous écris cette lettre madame le ministre afin que vous preniez connaissance du mal-être généralisé qui gangrène l’architecture et les architectes. J’ai aujourd’hui 33 ans. Je suis encore un jeune architecte mais nombre de confrères plus âgés que moi ont le même ressenti. Je suis toujours et plus que jamais de gauche, mais quel avenir votre politique me promet-elle ? Que comptez-vous faire pour l’architecture (et les architectes) ? Il vous reste 4 ans, je compte sur vous, vos équipes, votre courage et votre ténacité mais n’oubliez pas que vous n’êtes pas seulement ministre du théâtre, du cinéma et de la musique mais que vous êtes aussi ministre de l’architecture et du patrimoine.

Je vous prie d’agréer, Madame le Ministre de la , l’expression de ma haute considération.

L’Abeille et l’Architecte.

About these ads

14 réflexions sur “Madame le ministre de la Culture, n’oubliez pas vos architectes.

  1. L’architecte est le fait du prince , sans nous pas de monument a leur gloire …Mais il ne faut surtout pas exprimé sa reconnaissance a celui qui bati , même si parfois , cela  » coute » a l’architecte et aux entreprises …

  2. Merci, merci jeune architecte de 33 ans. Viens nous voir à l’ordre des architectes, si tu est un francilien ou si tu peut te déplacer!
    Ursula Biuso – conseillère élue CROA IDF – Couvent des Récollets – Paris 75010

  3. Mais, ne serait-ce pas plutôt aux architectes qu’il faudrait adresser une lettre ouverte ? Vous ne croyez-pas que c’est à eux de se réformer et de s’adapter plutôt que de demander assistance publique pour servir quelques intérêts privés ?

  4. oh, comme c’est mignon, la complainte du mangeur de petits fours. Fonces l’abeille, L’avenir te tend les bras !

  5. premier trucs de gauche à faire: supprimer les ajap NAJA et autre gadgets inégalitaires qui ne favorise que qq architectes. revoir la politiquer d’accès à la commande publique pour que chacun ait une chance et qu’on sorte du modèle unique (AJA, AJN, Etc)

  6. les architectes sont ils vraiment dans une profession protégée comme il est
    indiqué dans les dernières réflexions du gouvernement.
    Pas de barème ,appel d’offre sur les honoraires etc ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s